Fitch revoit à la hausse la note grecque

L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a relevé la note de la Grèce à "B-", au lieu de "défaut partiel" précédemment, et l'a assortie d'une perspective stable, justifiant sa décision par la finalisation de l'opération d'échange de dette lundi[AFP/Archives]

L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a relevé la note de la Grèce à "B-", au lieu de "défaut partiel" précédemment, et l'a assortie d'une perspective stable, justifiant sa décision par la finalisation de l'opération d'échange de dette lundi, selon un communiqué publié mardi.

Pour l'agence, la fin de l'opération d'échange, qui portait sur les 177 milliards d'euros d'obligations de droit grec aux mains des créanciers privés, a "éteint" la situation de défaut de paiement, traduit par la note "défaut partiel".

Fitch indique que la note sur la dette à long terme de la Grèce est susceptible d'évoluer en fonction de la trajectoire du pays par rapport aux paramètres fixés par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) et de sa "capacité et sa volonté d'honorer (le remboursement) des obligations restructurées", c'est à dire des nouveaux titres émis lundi.

La catégorie "B" signifie pour Fitch que l'entité considérée est "hautement spéculative".

Pour l'agence, l'échange de dette a amélioré le profil d'endettement de la Grèce et réduit le risque d'une nouvelle impasse financière à court terme.

Malgré tout, le risque d'un nouveau défaut de paiement demeure, selon Fitch, du fait du niveau d'endettement toujours très important de la Grèce et des "défis économiques" qui attendent ce pays, ce qui justifie, pour elle, l'attribution de la note "B-".

La perspective stable tient à la "marge de sécurité" relative dont bénéficie la Grèce pour s'acquitter des intérêts sur les nouvelles obligations dans les 12 à 24 mois, même si Fitch la qualifie de "limitée".

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Le logo de la Deutsche Bank sur l'immeuble du quartier général de la banque allemande, à Francfort [DANIEL ROLAND / AFP/Archives]
Deutsche Bank Deutsche Bank encourt une amende de 14 milliards de dollars
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, au parlement grec, à Athènes, dimanche 22 mai.
Grèce Réunion de l'Eurogroupe : un espoir pour la Grèce ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles