La troïka attend de nouveaux efforts de la Grèce

La Grèce va devoir faire de nouveaux efforts d'ajustement budgétaire dans les deux prochaines années pour atteindre les objectifs fixés en échange du second plan d'aide, selon un nouveau rapport de la troïka de ses créanciers[AFP/Archives]

La Grèce va devoir faire de nouveaux efforts d'ajustement budgétaire dans les deux prochaines années pour atteindre les objectifs fixés en échange du second plan d'aide, selon un nouveau rapport de la troïka de ses créanciers (UE, Banque centrale européenne et FMI).

Le rapport arrive à cette conclusion en se fondant sur l'objectif d'excédent primaire (c'est-à-dire hors service de la dette) des finances publiques grecques qui doit atteindre 4,5% en 2014.

Compte tenu de cet objectif, il faudra "une trajectoire d'ajustement à court terme qui implique un déficit primaire de 1% en 2012, suivi d'un ajustement de 2,75% du PIB en 2013 puis en 2014", ce qui signifie que la Grèce va devoir faire de nouveaux efforts pour améliorer ses finances publiques, indique le rapport dont des extraits circulaient mardi sur internet.

"Selon un scénario de base, le ratio de la dette devrait passer sous les 117% du PIB en 2020 et continuera de diminuer pour passer sous les 90% en 2030", indique ce rapport.

Cependant, note encore le texte, "il existe des risques significatifs que la baisse de la dette soit interrompue ou même qu'une inversion se produise sous l'effet de chocs" économiques.

Dans un scénario plus pessimiste présenté dans le rapport, l'endettement du pays pourrait ainsi dépasser 145% du PIB en 2020.

De plus, un degré élevé d'incertitude et le poids de la dette rendent "incertaine la perspective pour la Grèce de pouvoir retourner sur les marchés à la fin du programme" d'aide, soit en 2015, note le rapport.

Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, avait annoncé lundi que la dette grecque serait ramenée à 117% du PIB en 2020 grâce notamment au taux élevé de participation du secteur privé à l'effacement de la dette du pays. C'est mieux que les 120,5% visés par l'Eurogroupe jusqu'ici.

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles