Le CAC 40 accentue ses gains, porté par les stress tests aux Etats-Unis

La Bourse de Paris accentuait ses gains mercredi à la mi-journée, portée par le secteur bancaire qui profite des solides résultats des établissements américains aux tests de résistance.[AFP/Archives]

La Bourse de Paris accentuait ses gains mercredi à la mi-journée, portée par le secteur bancaire qui profite des solides résultats des établissements américains aux tests de résistance.

A 12H17 (11H17 GMT), l'indice CAC 40 s'octroyait 0,88% à 3.581,37 points dans un volume d'échanges de 1,317 milliard d'euros. Mardi, il avait clôturé à son plus haut niveau depuis début août.

La Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed) a publié les résultats des tests de résistance imposés aux 19 plus grandes banques du pays. Ils ont été réussis par 15 d'entre elles dont Bank of America, Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley, et manqués par quatre autres dont Citigroup.

"Nous ne pouvons pas dire que ces tests n'étaient pas assez rigoureux et c'est une très bonne chose d'être assurés que la plupart des établissements sont à même de survivre à un autre krach financier", s'est félicité Paul Ashworth chez Capital Economics.

Pour Arnaud Poutier chez IG Markets, ce succès "démontre l'efficacité des actions menées par la Fed et les autorités américaines en général. Cela devrait améliorer la psychologie et la confiance des acteurs du marché".

Forts de ces résultats, plusieurs grands établissements, parmi lesquels JPMorgan Chase et Wells Fargo, ont annoncé qu'ils allaient revaloriser la rémunération de leurs actionnaires.

A l'issue d'une réunion de son comité de politique monétaire, la banque centrale américaine a par ailleurs indiqué qu'elle doutait encore de la viabilité de la reprise en cours et qu'elle maintenait par conséquent intact le soutien énorme qu'elle apporte à l'économie du pays.

L'apaisement des tensions en zone euro était aussi de nature à rassurer les intervenants.

L'Union monétaire a donné son feu vert au versement à la Grèce de 39,4 milliards d'euros, faisant partie du second plan d'aide accordé au pays.

Et Rome a remporté un nouveau succès sur le marché de la dette en empruntant 6 milliards d'euros à trois et sept ans, soit le maximum prévu, à des taux en forte baisse.

Sur le front des valeurs, le secteur bancaire était porté par les solides résultats des banques américaines aux tests de résistance. BNP Paribas prenait 3,81% à 38,85 euros, Crédit Agricole 3,68% à 5,10 euros et Société Générale 2,95% à 25,30 euros.

Hors CAC 40, Arkema reculait de 4,64% à 69,24 euros alors que le Groupe Bruxelles Lambert (GBL) du milliardaire belge Albert Frère va vendre sa participation de 10% dans le groupe chimique, dont il était le premier actionnaire.

A l'inverse, bioMérieux dégringolait de 5,77% à 59,09 euros. Le groupe de diagnostic in vitro table sur une poursuite de la croissance en 2012, mais renonce à des objectifs chiffrés à l'horizon 2015 compte tenu d'un contexte économique trop incertain.

Vous aimerez aussi

Traders à la cloture sur le New York Stock Exchange le 5 février 2018  [Bryan R. Smith / AFP]
Bourse A Wall Street, le Dow Jones repart de l'avant et prend plus de 2%
La chute de Wall Street s'est propagé aux marchés financiers mondiaux [ERIC PIERMONT / AFP/Archives]
Bourse Krach ou pas krach ? Les marchés se font peur mais l'économie est solide
Cryptomonnaie Binance et les plateformes de cryptomonnaies victimes de leur succès

Ailleurs sur le web

Derniers articles