Des syndicalistes réclament un "pacte de croissance"

Des syndicalistes de neuf pays de l'UE ont réclamé un pacte social et de croissance, s'insurgeant contre l'austérité mise en oeuvre pour régler la crise de la dette, lors d'une rencontre avec la chancelière Angela Merkel jeudi à Berlin.[AFP/Archives]

Des syndicalistes de neuf pays de l'UE ont réclamé un pacte social et de croissance, s'insurgeant contre l'austérité mise en oeuvre pour régler la crise de la dette, lors d'une rencontre avec la chancelière Angela Merkel jeudi à Berlin.

"Le traité européen de discipline budgétaire ne va pas résoudre les problèmes, il va les amplifier. Il est plus que temps de changer de politique en Europe. L'Europe a urgemment besoin d'un fonds de sauvetage social", a déclaré Michael Sommer, président de la confédération syndicale allemande (DGB), à l'issue de cette rencontre.

"Le modèle social européen, élément identitaire indispensable de l'Union européenne, est de plus en plus vidé de sa substance. Il faut un pacte social et de croissance", a lancé M. Sommer, en compagnie de dirigeants syndicaux de Belgique, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, République tchèque et Suède.

Ils ont fait ces déclarations aux journalistes dans la rue, devant la chancellerie allemande, après une "discussion franche" avec Mme Merkel selon l'expression de M. Sommer.

Avant la chancelière, ils avaient rencontré Frank-Walter Steinmeier, président du groupe parlementaire du principal parti d'opposition en Allemagne, le SPD (social-démocrate).

Mme Merkel a indiqué dans un communiqué que "l'intérêt du gouvernement allemand est de renforcer de façon durable la croissance et l'emploi en Europe". "La clé de cela est la combinaison d'une politique financière solide, un renforcement de la compétitivité et de la solidarité", a-t-elle ajouté.

Le 29 février, à la veille du sommet européen où avait été signé le pacte budgétaire par 25 pays, les syndicats s'étaient mobilisés dans toute l'UE à l'appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) pour protester contre l'austérité.

Les dirigeants syndicaux réunis jeudi à Berlin prévoient de continuer leur action commune contre l'austérité avec une réunion à Madrid le 28 mars, la veille d'une grève générale dans ce pays contre la politique de rigueur.

"On s'est mis d'accord pour construire des propositions pour un pacte social européen, de travailler à des éléments de convergence sociale, notamment un salaire minimum européen qui représente 60% du salaire moyen de chaque pays", a dit le secrétaire général du syndicat français CFDT, François Chérèque, présent à cette réunion.

Actuellement, il n'y a pas de salaire minimum généralisé en Allemagne, mais les partenaires sociaux ont la possibilité d'en fixer un, secteur par secteur.

Le week-end dernier à Paris, le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande avait affirmé qu'il ne serait "pas seul" en cas de victoire pour renégocier le traité européen de discipline budgétaire et avait reçu le soutien du chef du parti social-démocrate allemand Sigmar Gabriel.

Vous aimerez aussi

Aquarius : la répartition des migrants dans 5 pays européens
Crise Aquarius : les migrants répartis dans 5 pays européens
Humanitaire Aquarius : la France discute avec d'autres pays de l'UE pour trouver «rapidement» un port d'accueil
Société Espagne : 1200 migrants arrivés en deux jours, Madrid demande «une solution européenne»

Ailleurs sur le web

Derniers articles