Bruxelles menace la République tchèque de suspendre ses subventions

Le commissaire européen en charge des Affaires régionales Johannes Hahn a évoqué jeudi une possible suspension à partir de juillet du versement des subventions européennes à la République tchèque, en raison d'un contrôle jugé insuffisant de leur utilisation.[AFP/Archives]

Le commissaire européen en charge des Affaires régionales Johannes Hahn a évoqué jeudi une possible suspension à partir de juillet du versement des subventions européennes à la République tchèque, en raison d'un contrôle jugé insuffisant de leur utilisation.

"Il y a une grande différence entre avoir cet argent ou non. Nous nous rendons compte de l'impact qu'une telle mesure aurait sur les budgets publics", a déclaré M. Hahn, au terme d'un entretien avec le Premier ministre tchèque, Petr Necas.

"Je suis pleinement convaincu que tous les problèmes seront résolus d'ici fin juin", a-t-il toutefois ajouté.

Selon lui, le versement des fonds structurels à la République tchèque pour la période de 2014-2020 dépendrait de la façon dont seront gérés les fonds prévus pour 2007-2013.

Au total, 26,69 miliards d'euros ont été attribués à la République tchèque pour cette période.

La Commission européenne avait récemment menacé de suspendre le versement de ces subventions si Prague ne mettait pas de l'ordre dans le contrôle et le suivi des programmes de subventions de plusieurs de ses ministères.

La commission a notamment épinglé des problèmes que rencontre à Prague le programme opérationnel Education pour la compétitivité.

Le ministre tchèque de l'Education, Josef Dobes, a annoncé jeudi sa démission, l'expliquant par de nouvelles coupes budgétaires dans ce secteur. La presse lui reproche cependant d'importantes insuffisances dans la gestion des subventions de l'UE.

Le gouvernement de M. Necas a annoncé cette semaine que le contrôle de tous les programmes de subventions serait désormais effectué par le ministère des Finances.

De son côté, le directeur de la branche tchèque de Transparency International (TI), David Ondracka, a appelé à la "mise en place d'une structure qui permettrait une meilleure prévention des fraudes et des manipulations avec les fonds européens".

Vous aimerez aussi

Politique Péages, covoiturage... Ce que prévoit le plan mobilité du gouvernement
Dès sa nomination, le ministre s'est rendu auprès de policiers des Lilas, en Seine-Saint-Denis.
Ministère de l'Intérieur Les missions de Christophe Castaner
Le président de la République Emmanuel Macron (C) préside le conseil des ministres, le 17 octobre 2018 à Paris [Francois Mori / POOL/AFP]
Politique Macron met la pression sur le gouvernement remanié

Ailleurs sur le web

Derniers articles