Pour Draghi, la Grèce doit manger son pain noir

Le président de la Banque centrale européenne, l'Italien Mario Draghi, invite les Grecs à se serrer la ceinture et à rester dans la zone euro pour sortir de la crise, dans un entretien au quotidien populaire allemand Bild de vendredi.[AFP/Archives]

Le président de la Banque centrale européenne, l'Italien Mario Draghi, invite les Grecs à se serrer la ceinture et à rester dans la zone euro pour sortir de la crise, dans un entretien au quotidien populaire allemand Bild de vendredi.

Les Grecs "font des sacrifices sur leur bien-être avec les baisses de salaires dans tous les secteurs", reconnaît M. Draghi, mais ces sacrifices "seront toujours moins douloureux au sein de la zone euro qu'en dehors", assure-t-il.

"Une sortie (de l'euro) et la possibilité de dévaluer sa monnaie n'améliorerait rien. L'obligation de se réformer n'en serait pas moindre. Et le revers de la médaille d'une sortie de l'euro serait une inflation élevée et une grande instabilité", ajoute-t-il.

En outre, "pour une durée impossible à estimer, plus personne ne prêterait à la Grèce l'argent qui lui est nécessaire", poursuit encore M. Draghi.

Mais ce qui importe encore plus à court terme, selon lui, c'est que la Grèce une retrouve "situation politique stable" pour que les réformes décidées soient appliquées, ce qui donnera au pays "une chance de sortir de la spirale négative actuelle".

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles