Une ministre nigériane candidate à la tête de la Banque Mondiale

La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, se portera candidate à la présidence de la Banque mondiale, a annoncé jeudi à Pretoria son homologue sud-africain Pravin Gordhan.[AFP/Archives]

La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo-Iweala, se portera candidate à la présidence de la Banque mondiale, a annoncé jeudi à Pretoria son homologue sud-africain Pravin Gordhan.

"Nous sommes fiers de confirmer que la ministre des Finances du Nigeria Ngozi Okonjo-Iweala sera candidate", a déclaré M. Gordhan devant la presse, à l'issue d'une réunion avec Mme Okonjo-Iweala.

"J'ai une longue expérience à la Banque mondiale, au gouvernement et dans la diplomatie (...) Je partage la vision de la Banque mondiale: lutter avec passion contre la pauvreté", a ensuite déclaré Mme Okonjo-Iweala, "la question est de savoir dans quelle direction il faut aller pour que ce soit le plus efficace possible".

Le prochain président de la Banque mondiale succédera à l'Américain Robert Zoellick.

Jusqu'à présent, en vertu d'un accord tacite entre l'Europe et Washington, la présidence de la Banque a toujours échu à un citoyen des Etats-Unis tandis que celle du Fonds monétaire international (FMI) revenait à un Européen.

Lorsque M. Zoellick avait annoncé le 15 février qu'il abandonnerait ses fonctions le 30 juin, les Etats-Unis avaient indiqué n'avoir nullement l'intention d'abandonner leur chasse gardée de la Banque mondiale.

Mais Mme Okonjo-Iweala, qui a été directrice générale de la Banque de 2007 à 2011, correspond à tous les critères de sélection imposés par le conseil d'administration.

"C'est une candidature extrêmement sérieuse" qui oblige les Etats-Unis à sortir en face "une personnalité importante", avait indiqué aux Etats-Unis une source proche de la Banque, avant même que sa candidature ne soit officialisée.

À suivre aussi

Afrique Nigeria : des enfants libérés d'un internat islamique où ils étaient torturés
La vente d'enfants est un problème récurrent au Nigéria.
Nigeria 760 euros pour une fille, 1.265 euros pour un garçon... Une usine à bébés démantelée au Nigeria
Nigeria [ / AFP]
Faits divers Nigeria : plus de 300 garçons torturés et violés dans une «maison de l'horreur»

Ailleurs sur le web

Derniers articles