L'UFC-Que Choisir durcit le ton face à Free

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a mis en demeure lundi l'opérateur de téléphonie Free Mobile d'informer sa clientèle et de lui offrir une indemnisation après une série de pannes et de dysfonctionnements qui ont affecté le nouvel entrant sur le marché français.[AFP/Archives]

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a mis en demeure lundi l'opérateur de téléphonie Free Mobile d'informer sa clientèle et de lui offrir une indemnisation après une série de pannes et de dysfonctionnements qui ont affecté le nouvel entrant sur le marché français.

L'UFC-Que Choisir a constaté "comme tout le monde de nombreux dysfonctionnements sur le réseau de Free" et décidé "d'envoyer une lettre de mise en demeure à la société Free" sur ses obligations de transparence et d'information auprès de ses clients, a déclaré à l'AFP le président de l'association, Alain Bazot.

L'association demande aussi au quatrième opérateur hexagonal d'indemniser ses clients lésés car "il a une obligation de résultat et le consommateur n'a pas à démontrer que l'opérateur est fautif".

"Ce n'est pas possible de continuer à ne pas assumer et ne rien dire des dysfonctionnements aux clients", qui doivent savoir "à quel avenir est promis le fonctionnement du réseau", a dénoncé M. Bazot, reprochant à Free de se montrer pour l'instant "sourd et muet".

"Quand le consommateur a le service client, on lui répond qu'il y a un problème de serveur ou que, dans les conditions générales, il est dit que Free peut couper le réseau pour des mises à jour", souligne l'UFC-Que Choisir.

Les problèmes techniques rencontrés par les abonnés de Free ont donné lieu ces derniers jours à un vif débat entre l'Arcep, l'autorité des télécoms, et Orange, lié au nouvel opérateur par un accord d'itinérance, sur la responsabilité de plusieurs pannes qui ont affecté le réseau de Free Mobile.

Pour M. Bazot, il ne faut pas "se laisser embarquer dans un débat qui ne concerne pas les consommateurs", qui n'ont pas à savoir d'où vient la panne, mais doivent exiger une "obligation de résultat de la part de Free".

Vous aimerez aussi

Femmes Violences conjugales : qu'est-ce-que le téléphone grand danger ?
L'ex-président de France Télécom, Didier Lombard, le 26 février 2011 à Paris [FRANCOIS GUILLOT / AFP]
Justice Suicides à France Telecom : l'entreprise et l'ex-PDG renvoyés devant le tribunal
Télécoms Orange a émis le dernier télégramme de l'histoire en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles