Russie : bond de 74% du bénéfice de Sberbank

La banque semi-publique russe Sberbank, qui fait partie du programme de privatisation de l'Etat, a annoncé mercredi avoir enregistré un bond de 74% de son bénéfice net en 2011, dans un contexte d'amélioration de la situation économique en Russie.[AFP/Archives]

La banque semi-publique russe Sberbank, qui fait partie du programme de privatisation de l'Etat, a annoncé mercredi avoir enregistré un bond de 74% de son bénéfice net en 2011, dans un contexte d'amélioration de la situation économique en Russie.

Le bénéfice net s'est établi à 315,9 milliards de roubles (8,2 milliards d'euros), contre 181,6 milliards de roubles (4,7 milliards d'euros) en 2010.

Cette progression est essentiellement due à la "hausse du résultat opérationnel", explique Sberbank dans un communiqué, soulignant par ailleurs "l'amélioration de la situation économique en Russie".

La banque a ajouté avoir vu une hausse de son portefeuille de crédits de 35,4% et augmenté ses fonds propres de 28,4% à 1.268 milliards de roubles (32,8 milliards d'euros).

Sur le seul quatrième trimestre, le bénéfice de la banque a en revanche reculé de 17%, en raison d'une hausse des dépenses opérationnelles et de l'inscription de provisions pour créances douteuses.

Sberbank, première banque commerciale en Russie, est actuellement détenue à 57,6% par la Banque centrale de Russie (BCR) mais cette dernière prévoit d'en vendre une part de 7,6%.

En 2011, Sberbank a acquis la banque d'investissement Troïka Dialog ainsi que VBI, la filiale internationale de la banque autrichienne Volksbank ÖVAG, et annoncé la création d'une coentreprise avec Cetelem, filiale du français BNP Paribas, spécialisée dans le crédit à la consommation en Russie.

Vous aimerez aussi

Étude Les Français toujours très attachés à l'argent liquide
Australie Australie : une erreur sur les billets de 50 dollars imprimée 46 millions de fois
La Société Générale a confirmé la suppression de 1.600 postes, dont environ 750 en France.
Banque La Société Générale confirme la suppression de 1.600 postes, dont environ 750 en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles