Ressources du FMI: "soutenez-nous", demande Christine Lagarde aux Etats-Unis

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde a demandé aux Etats-Unis, dans un discours prononcé mardi à Washington, de soutenir l'effort de l'institution pour augmenter ses ressources financières[AFP/Archives]

La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde a demandé aux Etats-Unis, dans un discours prononcé mardi à Washington, de soutenir l'effort de l'institution pour augmenter ses ressources financières.

"Nous sommes là pour servir nos membres, y compris les Etats-Unis. Soutenez-nous", a déclaré Mme Lagarde dans ce discours dont le texte a été transmis à la presse et dont la plus grande partie s'adresse aux Etats-Unis.

"L'heure est venue pour les nations du monde de s'unir de nouveau face à un défi économique majeur, et avec les Etats-Unis comme partenaire de premier plan", a-t-elle dit devant l'assemblée générale annuelle de la coopérative et agence de presse américaine AP.

"Comme vous le savez mieux que moi, il y a une grande tradition dans l'Amérique rurale d'édification des granges, dans laquelle les voisins se rassemblent tous pour les construire", a expliqué la Française.

"La leçon est simple: ensemble, la communauté peut accomplir ce que l'individu ne peut pas, et tout le monde en profite. Nous devrions réfléchir à la mise en commun de nos ressources mondiales précisément dans ces termes", a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis, parmi les premiers en 2009 à contribuer à un triplement des ressources prêtables du FMI, traînent aujourd'hui des pieds pour en faire plus.

Ils n'ont pas ratifié une réforme qui doit doubler le capital du Fonds, et qui suppose qu'ils lui versent 63 milliards de dollars. Et ils ont répété avec constance depuis la fin 2011 qu'ils ne souhaitaient pas contribuer à une nouvelle augmentation, par le biais de prêts des Etats membres, des ressources prêtables.

Ces deux volets supposent un vote au Congrès, dont la chambre basse est contrôlée par des républicains très sceptiques vis-à-vis de l'utilité du financement du FMI par la première puissance mondiale.

Vous aimerez aussi

Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Fait divers Bretagne : un adolescent séquestré, dénudé et brûlé à la cigarette pour la dette de drogue d'un ami
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes, le 22 juin 2018 [Milos Bicanski / AFP/Archives]
crise économique Grèce : Tsipras marque à Ithaque la fin de «l'Odyssée» des plans d'aide

Ailleurs sur le web

Derniers articles