Changes : nouvelle liste des sites internet non autorisés

L'entrée du siège de l'Autorité des marchés financiers à Paris[AFP/Archives]

L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP), régulateurs des marchés et des banques, ont publié vendredi une mise à jour de leur liste de sites non autorisés permettant aux particuliers de spéculer sur le marché des changes.

Un nombre croissant de sites internet proposent aux particuliers de jouer sur le marché des changes en pariant sur des écarts de devises.

Parmi ces intervenants, les régulateurs ont identifié treize sites non autorisés à proposer des produits en France, contre sept lors de la précédente publication, le 22 mai 2012. Il s'agit de la quatrième publication de ce type par les régulateurs depuis un an.

Figurent dans la nouvelle liste, les sept qui étaient présents dans la précédente, à savoir www.bforex.com, www.gcitrading.com, www.fxcast.com, www.instaforex.com, www.finanzasforex.com, www.ikkotrader.com et www.trader369.com.

Viennent s'ajouter six sites, qui sont www.4xp.com/fr/, www.astonforex.com, www.flameltrade.fr, www.forextrada.com, www.ihforex.com et www.sunbirdfx.com

Les deux autorités de contrôle rappellent une nouvelle fois aux particuliers qu'il importe de vérifier que l'intermédiaire qui les sollicite figure sur une liste des prestataires habilités consultable sur www.regafi.fr.

Ils mettent régulièrement en garde les particuliers sur les risques des opérations sur le marché des changes qui peuvent amener à leur faire perdre, parfois, beaucoup plus que leur mise initiale.

Vous aimerez aussi

Finance La Banque de France met en garde contre la hausse de l'endettement privé
Un Saoudien observe l'indice Tadawul All-Shares Index (Tasi) à Ryad, le 14 décembre 2016. [FAYEZ NURELDINE / AFP/Archives]
Arabie Saoudite La Bourse de Ryad plonge de 7% et efface tous ses gains de 2018
Économie Fraude fiscale : le procès de la banque suisse UBS s'ouvre

Ailleurs sur le web

Derniers articles