Chypre demande à la Russie un crédit de 5 milliards d'euros

Le président chypriote Demetris Christofias (d) signe, en octobre 2010, un accord avec Dmitri Medvedev, à l'époque président de la Russie.[Centre de presse chypriote/AFP/Archives]

La République de Chypre, touchée par une grave crise économique, a demandé à la Russie un prêt de cinq milliards d'euros, a indiqué vendredi le ministre russe des Finances, Anton Silouanov.

"Nous avons reçu une demande de la partie chypriote. Pour le moment, nous l'examinons", a déclaré M. Silouanov, cité par les agences russes.

"Le montant demandé est de cinq milliards d'euros", a-t-il précisé.

Le président de Chypre, Demetris Christofias, avait précédemment indiqué avoir demandé de l'aide à la Russie et à l'UE, sans préciser de montant, et souligné qu'un prêt de Moscou serait probablement assorti de conditions plus favorables que celles du FMI et de l'UE.

Nicosie avait déjà obtenu fin 2011 un prêt à taux bonifié de 2,5 milliards d'euros pour 2012 auprès de la Russie, pays avec lequel l'île a des liens économiques étroits.

La République de Chypre, qui a rejoint l'Union européenne en 2004 et adopté l'euro en 2008, a pris de plein fouet la crise économique et financière qui secoue la Grèce, son principal partenaire économique et culturel.

Elle ne peut plus emprunter sur les marchés internationaux de la dette et les trois principales agences de notation ont ramené sa note au niveau "spéculatif".

Selon certains analystes, le montant total de l'aide dont aurait besoin Chypre serait de l'ordre de 10 milliards d'euros, à la fois pour venir en aide à ses banques en difficulté et pour équilibrer ses finances publiques.

À suivre aussi

Prévisions de croissance de l'OCDE [ / AFP]
Économie L'OCDE attend la plus faible croissance mondiale depuis 10 ans
Tennis L’ancien champion Boris Becker vend ses trophées pour payer ses dettes
Le FMI "inquiet" de la dette publique française jugée "trop élevée" [Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP/Archives]
Économie Le FMI «inquiet» de la dette publique française, jugée «trop élevée»

Ailleurs sur le web

Derniers articles