8.000 postes supprimés chez PSA : un "véritable choc" pour Jean-Marc Ayrault

L'entrée du site PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois[AFP/Archives]

PSA Peugeot Citroën annonce l'arrêt en 2014 de la production de véhicules à l'usine d'Aulnay (Seine-Daint-Denis), où travaillent plus de 3.000 salariés. Au total, PSA annonce qu'il va supprimer 8.000 emplois en France, les sites d'Aulnay et de Rennes étant les plus touchés. Le président du directoire, Philippe Varin, promet que "personne ne sera laissé au bord du chemin".

PSA Peugeot Citroën annonce l'arrêt en 2014 du site d'Aulnay (Seine-Saint-Denis). 3.000 salariés y travaillent à ce jour. Le groupe fait état de la suppression de 8.000 postes en France et évoque des "mesures de redressement" suite à une baisse des ventes en 2011. Voir la vidéo.

Le président du directoire, Philippe Varin, promet que "personne ne sera laissé au bord du chemin". Le président du directoire rejette également l'idée d'un prêt ou d'une entrée de l'Etat au capital de PSA.

La classe politique française est sous le choc suite à cette annonce. Les réactions.

La question de l'avenir du site d'Aulnay est posée depuis la révélation en juin 2011 par la CGT de documents confidentiels envisageant sa fermeture à l'horizon 2014.

"Je rappelle qu'il y a un an, nos représentants avaient déjà donné cette information. Sans doute que le contexte électoral ne se prêtait pas à la confirmation de ce séisme", a déclaré Bernard Thibault le responsable de la CGT sur France Inter. "On ne peut pas prendre cette décision comme un fait acquis" a-t-il ajouté.

La CGT de PSA Peugeot Citroën a estimé que la "guerre (était) déclarée". La CFTC du groupe a pour sa part condamné des décisions "dramatiques". "Nous sommes convaincus que la stratégie de montée en gamme va amplifier les pertes d'emplois en France."

PSA Peugeot Citroën est pressé de toutes parts de révéler ses intentions pour ce site. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a récemment nommé un expert sur ce dossier et a demandé à PSA de "préciser ses intentions". Il a en outre annoncé la préparation d'un plan d'aide à la filière automobile, faisant écho aux déclarations de Xavier Bertrand.

Le site historique d'Aulnay est en perte de vitesse depuis plusieurs années et les syndicats pointent la volonté de PSA de faire monter en charge Poissy dans la perspective d'un arrêt de la production en Seine-Saint-Denis. La CGT et la CFTC craignent le même avenir pour l'usine de Rennes.

Le CCE de jeudi a débuté à 8H00 et sera suivi d'une conférence de presse du patron de PSA, Philippe Varin. Un rassemblement est prévu jeudi après-midi sur le parking de l'usine d'Aulnay.

Réactions d'EELV et de l'UMP

Xavier Bertrand préconise un "plan massif de soutien" à l'industrie automobile

PSA : "un séïsme" selon Bernard Thibault

"La cote d'alerte est dépassée" selon Jean-François Copé

Montebourg attend pour s'exprimer, le gouvernement également

Vous aimerez aussi

Social Sécu : déficit fortement réduit en 2018, à 400 millions d'euros
Politique CSG : Édouard Philippe promet un geste fiscal pour 300.000 retraités
Social Un plan santé très attendu par les professionnels du secteur

Ailleurs sur le web

Derniers articles