Boeing rafle 37 milliards de dollars de commandes et intentions

Un homme d'affaires passe devant un pavillon du constructeur américain Boeing, le 12 juillet 2012 lors du salon aéronautique de Farnborough dans le sud-ouest de Londres[AFP]

Le constructeur aéronautique américain Boeing a fait mieux que durant le salon de Farnborough, avec plus de 37 milliards de dollars de commandes et engagements, soit plus du double de son concurrent européen.

Boeing a enregistré depuis une semaine des commandes et des engagements d'achat pour 396 avions, a-t-il annoncé jeudi au salon de Farnborough, dont les journées professionnelles s'achèvent.

Tous les contrats portent sur des avions moyen-courriers de la famille 737, dont une bonne partie pour des appareils remotorisés 737 MAX.

La plus grosse commande est venue de la première compagnie aérienne américaine United Continental, qui a annoncé jeudi une commande de 150 737, dont 100 737 MAX.

Le bilan fourni par Boeing inclut une commande annoncée le 5 juillet de la part de Virgin Australia, donc avant l'ouverture du salon.

Sur 2012, Boeing a enregistré 691 commandes nettes. A ce jour, le 737 MAX remotorisé a accumulé 649 commandes fermes.

Airbus avait un peu plus tôt indiqué avoir engrangé des commandes fermes et des engagements d'une valeur totale de 16,9 milliards de dollars à Farnborough.

Les commandes fermes de 54 appareils représentent 11,1 milliards au prix catalogue. Au total, les transactions fermes et à confirmer portent sur 115 avions de trois familles différentes: le moyen-courrier A320, le long-courrier A330 et futur long-courrier A350.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles