La Bourse de Paris attendue en baisse

Le Palais Brongniart, qui hébergeait autrefois la Bourse de Paris, photographié le 23 septembre 2011[AFP/Archives]

La Bourse de Paris devrait ouvrir en baisse jeudi, déçue par l'absence de nouvelles mesures de soutien de la Réserve fédérale américaine (Fed) et inquiète du nouveau recul de l'euro face au dollar.

Le contrat à terme sur le CAC 40 cédait 0,46% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance.

La veille, l'indice parisien a terminé en baisse (-0,57%). A Wall Street, le Dow Jones a cédé 0,38% et le Nasdaq 0,49%.

Les minutes de la Fed suggèrent qu'"elle n'envisage pas dans l'immédiat de prendre de nouvelles mesures de soutien". Cet attentisme risque de décevoir les opérateurs, note Cameron Peacock chez IG Markets.

D'autant que l'économie américaine montre des signes d'essoufflement, selon la Fed.

"Les risques pour le système financier américain provenant des tensions en Europe semblent avoir augmenté", estime-t-elle, s'inquiétant aussi de la persistance du taux de chômage (8,2%).

En zone euro, la monnaie unique a enregistré un nouveau record de faiblesse en deux ans, face au dollar, dans un marché inquiet des retards pris dans la mise en place du nouveau fonds de secours européen (MES).

En outre, les 65 milliards d'euros de nouvelles mesures de rigueur annoncées mercredi par le gouvernement espagnol n'ont pas rassuré les opérateurs qui s'interrogent sur leur éventuel effet néfaste sur l'économie du pays, déjà en récession.

Les tensions sociales risquent aussi d'être fortes. Les grands syndicats espagnols, UGT et CCOO, ont annoncé une journée de manifestations dans tout le pays, le 19 juillet, contre ce plan "qui touche les secteurs les plus faibles de la société".

Le marché devrait rester prudent cette séance, à la veille de la publication du chiffre officiel de la croissance chinoise pour le deuxième trimestre.

Peu de rendez-vous économiques sont attendus cette séance.

Rome procède à une nouvelle émission obligataire à un an au cours de laquelle le pays, sous pression des marchés, souhaite lever 7,5 milliards d'euros.

Les opérateurs suivront, en zone euro, la production industrielle en mai et, aux Etats-Unis les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et les prix à l'importation en juin.

Les publications d'entreprises de la séance ne devraient pas redonner le moral aux intervenants.

VALEURS A SUIVRE

PSA Peugeot Citroën sera au centre des attentions cette séance. Le constructeur a indiqué avoir enregistré une perte nette au premier semestre, sans en dévoiler le montant.

Il a annoncé l'arrêt en 2014 de sa production à l'usine d'Aulnay (Seine-Saint-Denis), où travaillent plus de 3.000 salariés. Au total, PSA annonce qu'il va supprimer 8.000 emplois en France, les sites d'Aulnay et de Rennes étant les plus touchés.

CARREFOUR a vu ses ventes reculer de 0,3% au deuxième trimestre, à 21,7 milliards d'euros au deuxième trimestre, plombé par une nouvelle contraction de son activité en France et en Europe.

GDF SUEZ - Anode, qui regroupe trois petits concurrents de GDF Suez, va "très probablement" déposer un recours en justice contre la hausse limitée à 2% des prix du gaz et de l'électricité annoncée par le gouvernement.

Par ailleurs, les actionnaires de Direct Energie et de Poweo ont approuvé le rapprochement entre les deux sociétés pour former le premier fournisseur alternatif de gaz et d'électricité de France, concurrent des opérateurs historique EDF et GDF Suez.

GL EVENTS, spécialisé dans la logistique des grands événements culturels et sportifs, table sur un développement "soutenu" cette année, après un bond de son activité au deuxième trimestre.

BOLLORE - Le groupe publicitaire japonais Dentsu se propose de racheter le britannique Aegis, dont le français est le premier actionnaire.

Vous aimerez aussi

Traders à la cloture sur le New York Stock Exchange le 5 février 2018  [Bryan R. Smith / AFP]
Bourse A Wall Street, le Dow Jones repart de l'avant et prend plus de 2%
La chute de Wall Street s'est propagé aux marchés financiers mondiaux [ERIC PIERMONT / AFP/Archives]
Bourse Krach ou pas krach ? Les marchés se font peur mais l'économie est solide
Cryptomonnaie Binance et les plateformes de cryptomonnaies victimes de leur succès

Ailleurs sur le web

Derniers articles