Le détail site par site du plan social de PSA

L'entrée du site PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois[AFP/Archives]

Au lendemain du séisme provoqué par l'annonce par PSA d'un plan social d'une ampleur sans précédent pour le groupe, la direction a commencé à préciser ce vendredi ses projets site par site qui prévoient la fin de la production à Aulnay et la suppression de 8.000 postes en France.

Des comités d'entreprise se sont tenus vendredi matin dans chaque site du groupe. De quoi prendre la mesure de l'ampleur du plan social du constructeur automobile.

 

Aulnay (Seine-Saint-Denis)

Philippe Varin, le PDG de PSA, a annoncé jeudi la fermeture en 2014 de l'usine d'Aulnay-sous-Bois qui emploie 3.000 salariés et 300 intérimaires. Sur les 3.000 suppressions de postes et le non-renouvellement des 300 contrats en intérim, le groupe prévoit de reclasser 1.500 salariés à l'usine de Poissy à une cinquantaine de kilomètres. 

 

Rennes (Ille-et-Villaine)

Le groupe prévoit de supprimer 1.400 emplois, dont 1.219 postes de production et 181 postes en recherche et développement. A la mi-journée, un millier de salariés se sont rassemblées.

 

Poissy (Yvelines)

PSA envisage de supprimer 702 postes sur le site des Yvelines sous la forme de départs volontaires. Selon une source syndicale, sur les 702 suppressions de postes, sont concernés 446 ouvriers, 189 agents de maîtrise et 67 cadres. 

 

Mulhouse (Haut-Rhin)

Le site qui compte actuellement 8.300 salariés perdra 273 emplois via un plan de départs volontaires. 

 

Sochaux (Doubs)

Selon la CGT, qui s'appuie sur des documents fournis par la direction,  la suppression de 579 emplois basée sur des départs volontaires est prévue sur le site. 369 postes seront supprimés dans le secteur de la recherche et développement, 200 postes dans le secteur de la production et 10 autres dans des services divers. 

 

Moselle

94 postes doivent être supprimés au total sur les deux sites que compte le département : 52 à Trémery et 42 à Metz-Borny

 

 

A lire également : 

Philippe Varin veut une baisse "massive" du coût du travail.

Le titre chute, la polémique enfle.

Moody's envisage de baisser la note de PSA

L'Etat peut-il lutter contre les plans sociaux

 

Vous aimerez aussi

gilets jaunes Salariés au Smic : la hausse de 100 euros «dès le 5 février» via une prime d'activité élargie
Un "gilet jaune" à un rond-point à Saint-Beauzire (centre), salue les automobilistes, le 15 décembre 2018 [Thierry Zoccolan / AFP]
Social «Gilets jaunes» : Après la décrue de samedi, l'exécutif mise sur une sortie de crise
Social Gilets jaunes : la carte des stations essence en rupture de carburant

Ailleurs sur le web

Derniers articles