La Grèce va demander un rééchelonnement de son plan d'austérité

Le Premier ministre Antonis Samaras va demander un rééchelonnement du plan d'austérité grec lors de sa rencontre avec Angela Merkel et François Hollande la semaine prochaine, rapporte mercredi le Financial Times.[AFP] Le Premier ministre Antonis Samaras va demander un rééchelonnement du plan d'austérité grec lors de sa rencontre avec Angela Merkel et François Hollande la semaine prochaine, rapporte mercredi le Financial Times.[AFP]

Le Premier ministre Antonis Samaras va demander un rééchelonnement du plan d'austérité grec lors de sa rencontre avec Angela Merkel et François Hollande la semaine prochaine, rapporte mercredi le Financial Times.

M. Samaras discutera avec la chancellière allemande et le président français à Berlin et suggèrera que les coupes dans les dépenses publiques soient étalées sur quatre ans au lieu de deux, selon un document que s'est procuré le quotidien économique britannique.

Le gouvernement tripartite dirigé par le conservateur Antonis Samaras et soutenu par les socialistes et la gauche modérée tente actuellement de boucler un impopulaire train de mesures d'économies de 11,5 mds d'euros pour 2013 et 2014, réclamé par les bailleurs de fonds en échange de la poursuite de leur soutien.

La Grèce a levé mardi le montant exceptionnel de 4,063 milliards d'euros en bons du Trésor à trois mois, pour éviter un défaut, mais a dû consentir un taux d'intérêt en hausse, à 4,43% contre 4,28% lors de la précédente émission similaire, a annoncé l'agence de gestion de la dette publique (PDMA).

Cette émission, couverte avec un ratio de 1,36 attestant du peu d'enthousiasme des marchés, vise à assurer les besoins courants du pays, et éventuellement à lui permettre de faire face à l'échéance le 20 août d'obligations de 3,2 milliards d'euros détenues par la Banque centrale européenne, selon le ministère des Finances.

La Grèce est reléguée hors des marchés de la dette à long terme depuis 2010 et a depuis régulièrement émis des bons du Trésor à court terme.

Dépendant pour sa survie économique des prêts de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, la Grèce attend le prochain versement de presque 31,5 milliards d'euros alors qu'un blocage politique, résultat d'élections successives, a fait dérailler son programme de réformes.

Les experts mandatés par les bailleurs internationaux, qui étaient venus en Grèce fin juillet, y sont à nouveau attendus en septembre.

Vous aimerez aussi

Photo transmise par le bureau du guide suprême iranien Ali Khamenei le montrant lors d'un discours pour commémorer le 30e anniversaire de la mort de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, le 4 juin 2019 à Téhéran [HO / IRANIAN SUPREME LEADER'S WEBSITE/AFP]
Crise Sanctions : Téhéran accuse Donald Trump de «fermer la voie de la diplomatie»
Crise L'Iran dit n'avoir subi aucun dégât à cause de présumées «cyberattaques» américaines
Ethiopie [Simon MALFATTO / AFP]
Crise Ethiopie : le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués

Ailleurs sur le web

Derniers articles