Zone euro: Paris veut une solution pour la Grèce et l'Espagne en octobre

La France veut que l'Union européenne trouve une solution pour la Grèce et l'Espagne dès le prochain sommet européen des 18 et 19 octobre, a affirmé jeudi le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici. [AFP] La France veut que l'Union européenne trouve une solution pour la Grèce et l'Espagne dès le prochain sommet européen des 18 et 19 octobre, a affirmé jeudi le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici. [AFP]

La France veut que l'Union européenne trouve une solution pour la Grèce et l'Espagne dès le prochain sommet européen des 18 et 19 octobre, a affirmé jeudi le ministre français de l'Economie, Pierre Moscovici.

"A court terme, nous devons gérer les questions qui sont sur la table", a-t-il dit lors du dîner annuel du centre de réflexion Bruegel à Bruxelles. "Le président François Hollande veut que l'Europe trouve une solution forte et structurelle", a-t-il ajouté.

"Idéalement, nous devrions être capable d'y arriver lors du prochain conseil européen d'octobre" des chefs d'Etat et de gouvernement, a dit M. Moscovici. "Il n'y a pas de temps à perdre", a-t-il ajouté en citant l'Espagne et la Grèce. Il a souligné que "l'incertitude est le principal ennemi de la croissance".

La Grèce a demandé un délai supplémentaire de deux ans, jusqu'en 2016, pour remplir ses objectifs budgétaires. La décision dépendra des conclusions de la troïka des créanciers d'Athènes (UE, BCE et FMI), qui est de retour cette semaine à Athènes.

Son rapport devrait être prêt d'ici fin septembre ou tout début octobre et pourrait être débattu dès la réunion des ministres des Finances de l'UE du 8 octobre à Luxembourg.

M. Moscovici a insisté sur "l'attachement de la France à l'intégrité de la zone euro". "La Grèce doit rester dans la zone euro", a-t-il dit.

Quant à l'Espagne, quatrième économie de la zone, elle attend les résultats des audits qui lui permettront de fixer le montant dont ont besoin ses banques, sans doute d'ici fin septembre.

Selon M. Moscovici, "l'Espagne est sur les bons rails à Madrid et à Bruxelles". Mais le pays pourrait cependant être contraint dans les prochaines semaines de demander un sauvetage financier global.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a annoncé jeudi que la BCE allait intervenir de manière illimitée sur le marché de la dette des Etats de la zone euro face aux primes de risques élevées réclamées à certains pays, au premier rang desquels l'Espagne.

M. Draghi a insisté sur le fait que l'achat de dette par la BCE se ferait sous de strictes conditions, à commencer par la demande formelle d'aide du pays assortie de mesures d'assainissement des finances publiques. Une demande que Madrid n'a toujours pas faite. "Quand j'aurai du nouveau, je vous le dirai", a déclaré jeudi le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

M. Moscovici a plaidé à moyen terme pour une union bancaire, avec la mise en place d'un mécanisme unique de supervision bancaire d'ici la fin de cette année pour devenir "pleinement opérationnelle en 2013".

Il a indiqué que la France voulait que "toutes les banques" de la zone euro soient placées sous la supervision de ce mécanisme unique animé par la BCE, une position contraire à celle de l'Allemagne.

Il a estimé que la zone euro souffrait de "trois maladies: la crise bancaire qui s'est transformée en crise de la dette, le manque de solidarité entre ses membres et le déficit démocratique".

M. Moscovici a aussi souhaité à plus long terme une plus forte intégration économique de la zone euro, y compris avec la création d'un "ministre des Finances", et une "union sociale".

Il a même évoqué le "fédéralisme", une perspective "à long terme que nous pouvons et que nous devons poursuivre", a-t-il dit, avant de préciser qu'il s'exprimait "à titre personnel".

Vous aimerez aussi

France Gay games : Un patron voit sa commande annulée après des remarques homophobes
Des enfants jouent dans une fontaine à Albi, dans le sud-ouest de la France, le 5 août 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Météo Encore deux jours de canicule, attention aux personnes fragiles
Indonésie Séisme à Lombok : au moins 4 Français blessés

Ailleurs sur le web

Derniers articles