Taxation à 75% : Hollande assure vouloir "tenir ses engagements"

François Hollande a déclaré vendredi à Evian (Haute-Savoie) avoir "pris des engagements" pendant la campagne et que ceux-ci seraient "tenus", à propos de l'emblématique taxe à 75% sur les plus hauts revenus, sur laquelle il est soupçonné de vouloir faire machine arrière. [AFP] François Hollande a déclaré vendredi à Evian (Haute-Savoie) avoir "pris des engagements" pendant la campagne et que ceux-ci seraient "tenus", à propos de l'emblématique taxe à 75% sur les plus hauts revenus, sur laquelle il est soupçonné de vouloir faire machine arrière. [AFP]

François Hollande a déclaré vendredi à Evian (Haute-Savoie) avoir "pris des engagements" pendant la campagne et que ceux-ci seraient "tenus", à propos de l'emblématique taxe à 75% sur les plus hauts revenus, sur laquelle il est soupçonné de vouloir faire machine arrière.

"J'ai pris des engagements et ils seront tenus", a lancé le chef de l'Etat, ajoutant que cette contribution serait mise en oeuvre "à partir de 1 million d'euros" de revenus, sans préciser s'il s'agissait d'un foyer fiscal ou d'une seule personne.

"Il va y avoir des appels à la solidarité, il est normal que ce soient les hauts revenus qui contribuent davantage", a-t-il poursuivi, en marge d'une visite d'une usine d'embouteillage à Evian.

Selon Les Echos et Le Figaro, la facture pourrait être allégée pour les plus fortunés: la taxation s'appliquerait aux seuls salaires, excluant les revenus du capital. En outre, les couples ne seraient imposés qu'à partir de deux millions d'euros, alors que le candidat Hollande avait assuré le 29 février que la super-taxe frapperait à partir d'un million "par foyer fiscal".

Les Echos ajoutent que CSG et CRDS seraient intégrées au taux d'imposition global de 75%, ce qui abaisserait la contribution en tant que telle à 67%.

Vous aimerez aussi

Le ministre italien du travail Luigi Di Maio, Le président du Conseil Giuseppe Conte, Le vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur Matteo Salvini et le ministre de l'Economie et des finances Giovanni Tria à Rome le 15 octobre 2018 [Filippo MONTEFORTE / AFP]
Économie Le gouvernement italien s'accorde sur le budget 2019 présenté à l'UE
Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Budget Taxe d’habitation : pourquoi certains vont-ils payer plus ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles