Soros donne son avis sur la crise de la zone euro

L'Allemagne doit soit jouer à plein son rôle de leader de la zone euro, en faisant tout pour aider les pays en difficultés, soit quitter la monnaie unique européenne, a estimé le milliardaire américain George Soros lundi dans le quotidien Financial Times. [AFP] L'Allemagne doit soit jouer à plein son rôle de leader de la zone euro, en faisant tout pour aider les pays en difficultés, soit quitter la monnaie unique européenne, a estimé le milliardaire américain George Soros lundi dans le quotidien Financial Times. [AFP]

L'Allemagne doit soit jouer à plein son rôle de leader de la zone euro, en faisant tout pour aider les pays en difficultés, soit quitter la monnaie unique européenne, a estimé le milliardaire américain George Soros lundi dans le quotidien Financial Times.

"Diriger ou quitter: c'est une décision légitime que doit prendre l'Allemagne", affirme l'investisseur, dans un entretien au quotidien économique.

"Soit il faut lier son destin au reste de l'Europe, prendre le risque de couler ou de nager ensemble, soit il faut quitter l'euro, car, en partant, les problèmes de la zone euro s'arrangeront", ajoute George Soros, qui a tenu des propos identiques dans d'autres médias au cours du week-end.

Le milliardaire de 82 ans s'est souvent montré très critique envers "l'attitude allemande" et son attachement à une politique d'austérité.

Si le nouveau programme de la Banque centrale européenne (BCE) de rachat de dettes d'Etats en difficultés de la zone a reçu le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel, ces mesures monétaires extraordinaires ont fait l'objet de vives réserves en Allemagne et d'un désaccord affiché de la banque centrale allemande, la Bundesbank.

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles