La Russie réclame 1 milliard à la Bulgarie

Le groupe russe Atomstroyexport a porté à un milliard d'euros les compensations financières qu'elle exige de la Bulgarie après l'annulation de la construction de la centrale nucléaire de Béléné (nord), ont rapporté mardi des agences locales, citant la société. [AFP] Le groupe russe Atomstroyexport a porté à un milliard d'euros les compensations financières qu'elle exige de la Bulgarie après l'annulation de la construction de la centrale nucléaire de Béléné (nord), ont rapporté mardi des agences locales, citant la société. [AFP]

Le groupe russe Atomstroyexport a porté à un milliard d'euros les compensations financières qu'elle exige de la Bulgarie après l'annulation de la construction de la centrale nucléaire de Béléné (nord), ont rapporté mardi des agences locales, citant la société.

"Les sommes exigées par Atomstroyexport incluent le coût de tous les travaux effectués pour le projet, celui du matériel, les pertes et le reste. Le montant global des nouvelles compensations s'élève à au moins un milliard d'euros", a indiqué le groupe russe.

La société russe, filiale du groupe public Rosatom, avait engagé en juillet 2011 une procédure contre la compagnie publique bulgare NEK devant la Cour internationale d'arbitrage de la chambre de commerce internationale de Paris pour obtenir le versement de 58 millions d'euros d'impayés.

"L'augmentation des compensations exigées est fondée sur le fait que le projet a été arrêté par le gouvernement bulgare (...) et Nek continue de refuser d'indemniser Atomstroyexport pour les frais engagés et les pertes", a ajouté la société russe.

Le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a annoncé en mars dernier que son pays renonçait par souci d'économies à la construction par Atomstroyexport d'une centrale nucléaire à Béléné (nord).

Vous aimerez aussi

Emmanuel Macron avec Pedro Sanchez lors de la visite du premier ministre espagnol à Paris le 23 juin 2018. [ludovic MARIN / AFP/Archives]
Politique Macron en Espagne et au Portugal pour parler Europe et énergie
Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Energie Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier (à gauche sur la photo) et le commissaire européen chargé de l'Energie Maros Sefcovic à la fin d'une conférence de presse commune le 17 juillet 2018 à Berlin [Tobias SCHWARZ / AFP]
Energie Négociations sur l'épineux dossier du transit du gaz russe vers l'Europe

Ailleurs sur le web

Derniers articles