Volvo lance un ultimatum à ses fournisseurs

Le logo du constructeur automobile Volvo [Olivier Morin / AFP/Archives] Le logo du constructeur automobile Volvo [Olivier Morin / AFP/Archives]

Le constructeur automobile Volvo (groupe Geely) a lancé un ultimatum à ses fournisseurs pour qu'ils baissent leurs prix de 20% d'ici à 2015, à un moment où le constructeur traverse une mauvaise passe financière, a affirmé le quotidien économique Dagens Industri.

Selon ce journal de Stockholm, le directeur des achats Axel Maschka, recruté il y a peu, "a dit à la majorité des 400 représentants des sous-traitants actifs en Suède qu'une baisse de 20% des prix était la condition pour qu'ils participent à l'expansion que Volvo a lancée, avec l'objectif de fabriquer 800.000 véhicules en 2020".

Volvo a vendu 449.000 véhicules en 2011, dont plus de la moitié en Europe. Le constructeur, racheté par le groupe chinois Geely en 2010, compte croître en Chine, où il réalise aujourd'hui moins de 10% de ses ventes. L'objectif est d'y vendre 200.000 véhicules par an, contre 47.000 en 2011.

Victime du recul de ses ventes, Volvo a annoncé début septembre qu'il était tombé dans le rouge au premier semestre, avec une perte nette de 254 millions de couronnes (30 millions d'euros), contre un bénéfice de 1,213 milliard de couronnes sur la même période de l'année précédente.

Sa trésorerie est également devenue négative, de 2,2 milliards de couronnes au 30 juin.

Interrogé par Dagens Industri, M. Maschka n'a pas confirmé l'ultimatum, mais a indiqué qu'il espérait se fournir de plus en plus en Chine pour atteindre cet objectif en 2020.

"Nous prévoyons de nous fournir à ce moment-là pour environ 25% de nos achats auprès de fournisseurs chinois. Nous allons renforcer notre coopération avec Geely sur les achats en Chine", a-t-il déclaré.

À suivre aussi

Sécurité routière : les radars vont traquer les conducteurs non-assurés
Automobile Sécurité routière : les radars vont traquer les conducteurs non-assurés
Formule 1 Grand Prix du Japon : Bottas remporte la course, Mercedes le titre constructeurs
Le siège de Renault, le 11 octobre 2019 à Boulogne-Billancourt [ERIC PIERMONT / AFP]
Automobile Renault : le directeur général Thierry Bolloré démis pour clore l'ère Ghosn

Ailleurs sur le web

Derniers articles