L'IGF dénonce la gestion et le coût des agences d'Etat

Bercy. Bercy. [LOIC VENANCE / AFP]

L'Inspection générale des finances (IGF) dénonce les effectifs pléthoriques d'une myriade d'agences de l'Etat à l'efficacité douteuse et leur coût, 50 milliards d'euros chaque année, dans un rapport que s'est procuré Le Parisien/Aujourd'hui en France publié lundi.

Dans le rapport, l'IGF s'est penchée sur la question de savoir combien il existe d'agences d'Etat et à quoi elles servent, écrit le journal.

"Il n'existe pas de recensement exhaustif" de cette myriade d'agences nationales "créées de façon ponctuelle sans cohérence d'ensemble", dénonce d'emblée le rapport cité par le quotidien.

Autre surprise, alors que l'Etat s'efforce de réduire son train de vie et de diminuer ses effectifs, les budgets et le nombre de fonctionnaires attachés à ses agences ont explosé. Au final, elles coûtent chaque année 50 milliards d'euros et emploient près de 450.000 personnes.

Selon le Parisien, l'IGF met en cause la gestion financière de ces organismes, leurs dépenses ou encore les rémunérations des dirigeants.

"De nouvelles contraintes pourraient s'avérer indispensables dans un contexte difficile pour les finances publiques", écrit l'IGF qui suggère de piocher 2 milliards d'euros dans les trésoreries excédentaires des agences pour alléger la dette de l'Etat.

Commandée en août 2011 par Matignon, l'enquête de l'IGF a été achevée en mars 2012 mais le Premier ministre d'alors François Fillon avait renoncé à la rendre publique à quelques semaines de la présidentielle, écrit le quotidien avant de suggérer que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, en quête de 10 milliards d'euros d'économie, pourrait s'appuyer dessus pour préparer son budget.

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, le 21 octobre 2018 à Rome [Alberto PIZZOLI / AFP]
Union Européenne L'Italie maintient son budget mais promet à l'UE de contenir la dette
Le ministre italien de l'Economie et des Finances Giovanni Tria (g) et le commissaire aux Affaires européennes, Pierre Moscovici, le 18 octobre 2018 à Rome [Alberto PIZZOLI / AFP/Archives]
Économie Budget de l'Italie : semaine sous tension, Bruxelles réclame des réponses
Budget Inquiets, les sportifs français interpellent Macron

Ailleurs sur le web

Derniers articles