Manifestations : Canon, Panasonic suspendent des opérations en Chine

Des Chinois devant un restaurant japonais fermé et recouvert de slogans anti-japonais, le 17 septembre 2012 à Pékin [Mark Ralston / AFP] Des Chinois devant un restaurant japonais fermé et recouvert de slogans anti-japonais, le 17 septembre 2012 à Pékin [Mark Ralston / AFP]

Des sociétés nippones comme le géant de la photographie Canon ont suspendu lundi l'activité de certaines de leurs usines en Chine, après des manifestations anti-japonaises provoquées par la nationalisation par Tokyo d'un groupe d'îles que les deux pays revendiquent.

Le groupe Canon, spécialisé dans les technologies de l'image, a décidé d'interrompre le travail lundi et mardi dans trois de ses quatre principales usines en Chine, par mesure de sécurité pour son personnel, a indiqué un porte-parole de la société cité par l'agence Dow Jones.

Canon a annoncé qu'il allait publier un communiqué plus tard lundi sur la situation de ses usines en Chine.

La société Panasonic a elle suspendu "pour le moment" l'activité de son usine de Qingdao (nord-est de la Chine), après un incendie dont elle n'a pas expliqué la cause.

Selon des rapports de presse non confirmés, deux autres sites de Panasonic en Chine ont également été mis provisoirement à l'arrêt, mais la société a déclaré à l'AFP que ces informations étaient "inexactes".

La décision, la semaine dernière, du gouvernement nippon de nationaliser un petit archipel de la mer de Chine orientale, appelé Senkaku par le Japon et Diaoyu par la Chine, a provoqué le courroux de Pékin, tandis que de nombreuses manifestations antijaponaises ont eu lieu dans des villes chinoises.

La Chine est le premier partenaire commercial du Japon, alors que pour la Chine le Japon ne vient qu'après l'Union européenne et les Etats-Unis en terme de volume des échanges commerciaux.

La presse d'Etat chinoise a brandi lundi la menace de sanctions commerciales contre le Japon, en rétorsion à l'achat par Tokyo de l'archipel disputé en mer de Chine orientale.

"L'économie du Japon n'est pas immunisée contre des mesures économiques chinoises", a mis en garde lundi le Quotidien du Peuple, organe officiel du Parti communiste au pouvoir.

"Le Japon serait-il prêt à de nouveau perdre 10 ans, voire même de reculer de 20 ans ?", a ajouté le journal officiel, en faisant référence à la triple crise boursière, immobilière et bancaire que le Japon a connue au cours des années 1990 et qui avait débouché sur une "décennie perdue".

Vous aimerez aussi

Etats-Unis Affaire Khashoggi : Trump «pas satisfait» des explications
Diplomatie Brexit : la possibilité d'un accord «toujours là» selon Merkel
La Première ministre britannique Theresa May, le 10 octobre 2018 à Londres [Adrian DENNIS / AFP/Archives]
Diplomatie Brexit : May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations

Ailleurs sur le web

Derniers articles