Pour la banque centrale finlandaise, la BCE doit agir même sans unanimité

Le gouverneur de la Banque centrale finlandaise, Erkki Liikanen, le 5 mai 2011 à Helsinki [Jonathan Nackstrand / AFP/Archives] Le gouverneur de la Banque centrale finlandaise, Erkki Liikanen, le 5 mai 2011 à Helsinki [Jonathan Nackstrand / AFP/Archives]

La Banque centrale européenne (BCE) doit pouvoir continuer à agir même sans l'unanimité de ses gouverneurs, a estimé lundi le gouverneur de la Banque de Finlande, Erkki Liikanen, dans un entretien au quotidien économique allemand Handelsblatt.

S'il déclare avoir "un grand respect" pour la Bundesbank allemande, qui est en désaccord avec le nouveau programme de rachat de dettes d'Etat de la BCE, M. Liikanen indique avoir à la fin des discussions "soutenu la décision (de la BCE, ndlr) que mon avis ait été suivi ou pas".

"Naturellement, j'aurais souhaité l'unanimité. Mais quand cela ne peut pas être atteint, il est important, dans cette crise, que la BCE conserve son pouvoir d'action dans toutes les circonstances", estime Erkki Liikanen.

Le gouverneur de la Banque centrale de Finlande se déclare en faveur de la publication des procès-verbaux des réunions du conseil des gouverneurs "de manière à ce que les discussions puissent être suivies" de tous.

Dans la presse allemande ce week-end, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a reproché au président de la banque centrale allemande, Jens Weidmann, ses critiques ouvertes contre la politique de la BCE, qui selon lui ne contribuent pas à renforcer la confiance des citoyens dans l'institution monétaire de Francfort (ouest).

Erkki Liikanen a par ailleurs jugé dans le Handelsblatt "très positif" le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande à la mise en oeuvre du Mécanisme européen de stabilité (MES), nouveau fonds de secours pour la zone euro devant prendre le relais du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Concernant le projet de supervision bancaire européenne, que la Commission européenne veut confier à la BCE, M. Liikanen juge qu'il n'est en effet "pas sain" que des banques ayant un champ d'action européen ne soient contrôlées que nationalement.

"Nous déléguerons aux régulateurs nationaux. Mais les règles doivent être les mêmes pour tous", déclare-t-il.

Il a ajouté que la BCE doit publier "d'ici un mois" son rapport sur la réforme du secteur bancaire, dans lequel elle dira si banques d'investissement et banques de détail doivent être distinctes ou pas.

Si des changements ont déjà eu lieu dans la culture bancaire, "cela ne suffit peut-être pas", affirme M. Liikanen, pour qui "un système, dans lequel les bénéfices sont privés mais les pertes sont publiques, ne peut pas continuer".

Vous aimerez aussi

Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?
Fait divers Bretagne : un adolescent séquestré, dénudé et brûlé à la cigarette pour la dette de drogue d'un ami
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes, le 22 juin 2018 [Milos Bicanski / AFP/Archives]
crise économique Grèce : Tsipras marque à Ithaque la fin de «l'Odyssée» des plans d'aide

Ailleurs sur le web

Derniers articles