La Banque de Suède critique et pessimiste sur la zone euro

Le gouverneur de la Banque de Suède Stefan Ingves en conférence de presse le 26 octobre 2010 à Stockholm [Bertil Ericson / Scanpix/AFP/Archives] Le gouverneur de la Banque de Suède Stefan Ingves en conférence de presse le 26 octobre 2010 à Stockholm [Bertil Ericson / Scanpix/AFP/Archives]

Les dirigeants de la Banque de Suède se sont montrés critiques et pessimistes sur la politique économique de la zone euro lors de leur dernière réunion de politique monétaire début septembre, indique un compte-rendu publié mardi.

"Tous les membres ont estimé que la situation dans la zone euro est toujours incertaine et que la crise là-bas sera durable", lit-on dans les minutes de la réunion du 5 septembre.

D'après le gouverneur Stefan Ingves, "on peut prévoir que l'incertitude durera tant que des mesures crédibles n'auront pas été mises en oeuvre". Et si cela ne se produit pas, "il y a le risque d'un scénario très défavorable" pour la zone euro, qui aurait "des effets négatifs pour l'économie suédoise".

Le gouverneur adjoint Lars Svensson "a déclaré que les chances de résolution de la crise de l'euro d'une manière satisfaisante paraissaient toujours éloignées", et qu'il n'excluait pas "une issue catastrophique".

Une autre adjointe, Karolina Ekholm, a relevé que la zone euro restait prise dans le même engrenage de crise budgétaire, de manque de compétitivité et de faiblesse des fonds propres des banques. "Il n'y a toujours pas de message clair de la part des responsables politiques sur la façon dont ils comptent résoudre ces problèmes, mais on ne s'y attendait pas non plus", a-t-elle souligné.

La banque centrale suédoise avait décidé à l'issue de cette réunion d'abaisser son taux d'intérêt directeur d'un quart de point, à 1,25%. Cinq des membres du comité de politique monétaire soutenaient cette baisse des taux, et une, Mme Ekholm, plaidait pour un demi-point.

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles