Renault a des projets de marques haut de gamme et sport

Le logo de Renault sur le concept car Alpine dévoilé le 25 mai 2012 à Monaco [Dimitar Dilkoff / AFP/Archives] Le logo de Renault sur le concept car Alpine dévoilé le 25 mai 2012 à Monaco [Dimitar Dilkoff / AFP/Archives]

Le constructeur automobile français Renault a mis en place une équipe dédiée à son futur label haut de gamme, "Initiale Paris" et avance aussi sur la renaissance de la marque Alpine, explique son numéro deux Carlos Tavares dans un entretien à Latribune.fr.

"Il y a déjà des gens dédiés chez Renault à notre label +Initiale Paris+", explique le directeur général délégué du groupe. "Le label sera appliqué à des versions huppées de quatre ou cinq modèles de la gamme. On va commencer par une Clio IV +Initiale Paris+, puis il y aura un Espace", détaille-t-il.

"On verra à quel moment on pourra créer une vraie marque", ajoute le bras droit de Carlos Ghosn, qui renvoie au succès de Citroën avec sa marque DS.

"Initiale Paris" existe de fait déjà, mais de manière confidentielle et sert à désigner les versions les mieux équipées de différents modèles de Renault.

Le créneau de la voiture haut de gamme, dominé par les constructeurs allemands, est en expansion dans les pays émergents. Mais il a de fait été déserté ces dernières années par le deuxième constructeur français, échaudé par les échecs cuisants de la VelSatis et l'Avantime.

Renault poursuit également son idée de sortir une marque sportive reprenant le nom mythique d'Alpine. "Nous avons dit que nous prendrions une décision avant la fin 2012", rappelle M. Tavares. "Mais je suis en avance par rapport au calendrier (...) Le véhicule ferait l'objet d'un partenariat pour réduire le ticket d'entrée, il sortirait en 2015-2016", prévoit-il.

À suivre aussi

Formule 1 Grand Prix du Japon : Bottas remporte la course, Mercedes le titre constructeurs
Le siège de Renault, le 11 octobre 2019 à Boulogne-Billancourt [ERIC PIERMONT / AFP]
Automobile Renault : le directeur général Thierry Bolloré démis pour clore l'ère Ghosn
Le «Dieselgate» a déjà coûté à Volkswagen plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, déboursés pour l'essentiel aux Etats-Unis.
Automobile Tout savoir sur le «Dieselgate», dont le premier grand procès de clients démarre ce lundi

Ailleurs sur le web

Derniers articles