EADS-BAE : aucune décision sur le projet de fusion selon Merkel

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, à Ludwigsburg, le 22 septembre 2012, pour les célébrations du 50e anniversaire de l'amitié franco-allemande [Carsten Koall / AFP] Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, à Ludwigsburg, le 22 septembre 2012, pour les célébrations du 50e anniversaire de l'amitié franco-allemande [Carsten Koall / AFP]

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré samedi à l'issue de ses entretiens avec le président français François Hollande qu'"il n'y avait pas eu de décision" sur le projet de fusion EADS-BAE, mais qu'ils avaient eu de "bonnes" et "amicales" discussions.

"Nous n'avons pas pris de décision, nous savons que nous devons donner dans un avenir proche une réponse aux entreprises. Les discussions étaient bonnes et amicales. Mais les détails ne doivent pas être débattus en public, notamment compte tenu des emplois", a dit la chancelière, soulignant qu'EADS était un bon exemple de coopération franco-allemande.

"Sur le rapprochement EADS-BAE (...), nous, la France et l'Allemagne, sommes décidés à agir en concertation étroite parce que nous considérons que c'est un enjeu qui concerne l'Europe mais aussi nos deux pays, compte tenu de la composition du capital de cette entreprise", a déclaré M. Hollande lors d'une conférence de presse commune à Asperg (sud-ouest de l'Allemagne).

Evoquant les conditions d'un éventuel rapprochement entre les deux groupes, M. Hollande a déclaré: "les conditions, vous les imaginez, c'est l'emploi, la stratégie industrielle, les activités de défense, les intérêts de nos Etats respectifs. C'est là-dessus que nous sommes en discussion avec l'entreprise".

Ils ont promis tout deux de se prononcer dans les délais impartis.

Selon la réglementation boursière britannique, les industriels ont jusqu'au 10 octobre pour conclure leur rapprochement ou l'abandonner. Ils peuvent également demander un prolongement du délai des négociations, une option pour l'heure écartée par les parties qui veulent aller vite.

Face aux immenses enjeux stratégiques, Paris et Berlin peinent à dévoiler une position commune sur le projet de fusion entre BAE Systems et EADS à moins de trois semaines de la date butoir des discussions entre les deux géants de l'aéronautique et de la défense, qui, en cas de réussite du projet, formeraient le premier groupe mondial d'aéronautique et de défense.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles