Draghi : "un certain nombre de raisons d'être positif" pour la zone euro

Mario Draghi devant le congrès de la fédération allemande de l'industrie (BDI) ce mardi. Mario Draghi devant le congrès de la fédération allemande de l'industrie (BDI) ce mardi. [JOHN MACDOUGALL / AFP]

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a estimé mardi qu'il y avait "un certain nombre de raisons d'être positif" pour la zone euro.

Au vu des différentes mesures adoptées, "nous avons un certain nombre de raisons d'être positif sur la direction qu'est en train de suivre la zone euro", a déclaré M. Draghi, lors d'une allocution prononcée devant le congrès de la fédération allemande de l'industrie (BDI) à Berlin.

La BCE avait apporté une vague de soulagement sur les marchés en annonçant début septembre la mise en place d'un nouveau programme de rachat de dettes d'Etats. Ce programme n'a pas de limite quantitative officielle mais est soumis à conditions, notamment à une demande d'aide au Mécanisme européen de stabilité (MES) en contrepartie de réformes structurelles.

Mario Draghi a affirmé voir "de premiers signes des effets" de ce nouveau programme.

"La zone euro fait des progrès. (...) Et les investisseurs sont prêts à réinvestir aux premiers signes de stabilisation", a-t-il déclaré.

"Nos mesures peuvent seulement construire un pont vers un futur plus stable", a estimé le président de la BCE, appelant à les accompagner de mesures structurelles de la part des Etats.

Si ce plan a été accueilli avec soulagement par les marchés, il s'est attiré de vives critiques en Allemagne, en dépit du soutien officiel du gouvernement.

Le président de la Banque centrale allemande, la Bundesbank, Jens Weidmann, a ainsi été le seul à voter contre ce programme au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE, l'assimilant à "un financement des Etats par la planche à billets".

Mario Draghi a assuré la Bundesbank de son "énorme respect", affirmant que certaines de ses inquiétudes étaient partagées.

Mais "notre objectif est de restaurer la transmission monétaire", le tout "dans le cadre de notre mandat", a-t-il affirmé.

Avant son intervention au congrès de la BDI, Mario Draghi s'est entretenu en privé avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Vous aimerez aussi

Crise Hôpital de Saint-Brieuc : 120 médecins démissionnent pour protester contre la direction
Les bufflonnes, une solution à la crise du lait
élevage Les bufflonnes, une solution à la crise du lait
Gouvernement Intérieur : après la passation de pouvoir Collomb-Philippe, Macron en pleine crise

Ailleurs sur le web

Derniers articles