Nouvelles mesures d'économies en Grèce

[PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Le ministère grec des Finances a "bouclé" le nouveau train d'économies conditionnant le maintien de la Grèce sous perfusion UE-FMI, et va soumettre sa copie aux partenaires de la coalition gouvernementale ainsi qu'à la troïka des créanciers, a indiqué une source du ministère mercredi.

Le paquet, qui prévoit des économies budgétaires de plus de 11,5 milliards d'économies, "a été bouclé" lors d'une réunion qui n'avait pas été annoncée mardi soir entre le ministre, Yannis Stournaras et le Premier ministre conservateur Antonis Samaras, a précisé cette source.

M. Stournaras doit ensuite le présenter aux deux alliés gouvernementaux de M. Samaras, le socialiste Evangélos Vénizélos et Fotis Kouvelis qui dirige le petit parti de gauche modérée Dimar, avant un rendez-vous de ces derniers avec M. Samaras, prévu jeudi selon les médias grecs.

S'il est avalisé par les dirigeants politiques, réticents à imposer les nouvelles coupes prévues mais conscients de leur faible marge de manoeuvre, le plan sera ensuite soumis pour accord final à la troïka, avant sa présentation ultérieure au parlement.

Cette délégation tripartie UE-BCE-FMI est "en principe" attendue à Athènes dimanche pour reprendre les tractations avec les responsables grecs, qui se heurtent depuis début septembre aux résistances grecques face aux sacrifices demandés.

Les discussions ardues du gouvernement avec ses créanciers avaient marqué une pause samedi soir, les dirigeants de la troika quittant Athènes sans accord tout en indiquant qu'ils allaient revenir dans une semaine.

L'objectif du gouvernement grec est de présenter cette nouvelle feuille de route de redressement lors du sommet européen du 18 octobre, pour garantir la poursuite du soutien au pays, a ajouté la même source.

Athènes attend le versement d'une nouvelle tranche de prêts de 31,5 milliards d'euros, et espère obtenir un délai de deux ans renvoyant à 2016 son ajustement budgétaire, ainsi que les moyens de financer ce sursis.

Le ministère a confirmé mercredi que, dans un tel cas, le pays doit trouver 13-15 milliards d'euros pour compenser, et examine notamment la possibilité d'un réechelonnement des créances grecques détenues par la BCE pour les dégager.

Vous aimerez aussi

Fiscalité Rafales : la France a effacé la dette fiscale d'un proche du Premier ministre indien
L'agence de notation Moody's a dégradé la note de l'Italie, s'inquiétant d'une stabilisation et non d'une diminution de la dette publique au cours des prochaines années [EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives]
Europe Moody's dégrade la note de l'Italie, s'inquiète de la dette
Le déficit serait notamment dû à l'élargissement de ses missions qui n'a pas été suffisamment compensé par l'Etat.
déficit L'ENA au bord de la faillite ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles