Toyota et Nissan réduisent leur production en Chine

Un concessionnaire Toyota à Pékin le 9 septembre 2012 [Liu Jin / AFP/Archives] Un concessionnaire Toyota à Pékin le 9 septembre 2012 [Liu Jin / AFP/Archives]

Toyota et Nissan ont décidé de réduire leur production en Chine à cause des tensions sino-japonaises qui pèsent sur les achats de voitures nippones, a-t-on appris mercredi auprès des constructeurs d'automobiles japonais.

"Nos filiales en Chine ajustent leur production au regard de la demande", a expliqué un porte-parole de Toyota à l'AFP. "Il y a un effet de la situation actuelle entre le Japon et la Chine sur nos ventes", a-t-il reconnu.

Toyota dispose de trois usines d'assemblage en Chine, qui montent quelque 800.000 véhicules par an. Le premier constructeur japonais entretient en outre un réseau de 860 concessionnaires à travers le pays.

Un porte-parole de Nissan a déclaré pour sa part qu'"au vu de la situation actuelle du marché et des vacances à venir en Chine, la production sera suspendue du 27 septembre au 7 octobre".

La semaine du 1er au 7 octobre est chômée en Chine dans le cadre des célébrations de l'anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine (communiste) le 1er octobre 1949. Les usines devaient de toutes façons être stoppées la première semaine d'octobre, mais l'arrêt pour les derniers jours de septembre n'était, lui, pas prévu, et s'explique par la chute de la demande.

"La production reprendra le 8 octobre. Nous resterons flexible sur les conditions de production au regard de la situation du marché à ce moment là", a poursuivi le porte-parole de Nissan.

Nissan dispose de trois usines d'assemblage en Chine en partenariat avec un industriel local. Le groupe y a produit 1,198 million véhicules en 2011.

Le troisième grand constructeur japonais, Honda, a en revanche assuré que la production de ses cinq sites d'assemblage était normale. Un responsable du groupe, qui n'a pas souhaité être identifié, a toutefois précisé que les tensions sino-japonaises avaient un effet négatif sur les ventes en Chine.

Ces trois groupes, les principaux du secteur au Japon, avaient dû stopper tout ou partie de leur production en milieu de semaine dernière en Chine, à cause des manifestations antijaponaises qui s'y déroulaient alors. Ces démonstrations d'ampleur ont pris fin depuis.

La tension entre le Japon et la Chine est brusquement montée depuis le début du mois, après la nationalisation nippone de trois îles de l'archipel des Senkaku en mer de Chine orientale, revendiqué sous le nom de Diaoyu par Pékin.

Vous aimerez aussi

L'Espagnol Marc Marquez sur le podium du GP du Japon, à Motegi, le 21 octobre 2018 [Martin BUREAU / AFP]
Sport GP du Japon : Marc Marquez décroche une cinquième couronne MotoGP au panache
Une rizière à Kazo au Japon, le 31 août 2018 [Behrouz MEHRI / AFP]
Agriculture Aliment sacré, le riz japonais mis à l'épreuve
Editorial La semaine de Philippe Labro : le cauchemar de l’Aude, les rêveries du Japon

Ailleurs sur le web

Derniers articles