EADS-BAE : il faudra "peut-être plus de temps", selon l'Allemagne

Le ministre allemand de la Défense Thomas de Maizière, le 13 septembre 2012 à Berlin [Johannes Eisele / AFP/Archives] Le ministre allemand de la Défense Thomas de Maizière, le 13 septembre 2012 à Berlin [Johannes Eisele / AFP/Archives]

Le ministre allemand de la Défense Thomas de Maizière a estimé jeudi à Nicosie qu'il faudrait peut-être "plus de temps" pour parvenir à boucler les discussions sur un éventuel rapprochement entre EADS et BAE, tout en évoquant des "discussions constructives" avec ses homologues.

"Peut-être que nous aurons besoin de plus de temps, (...) je pense que nous aurons besoin de plus de temps", a déclaré le ministre interrogé sur la possibilité de voir les négociations aboutir d'ici au 10 octobre, date limite fixée par la réglementation boursière britannique.

A l'issue d'une rencontre avec ses homologues britannique et français sur le projet de fusion EADS/BAE à Chypre, M. de Maizière a déclaré qu'ils avaient eu des "discussions constructives". Mais "c'est une situation complexe et rien n'a été décidé encore", a-t-il toutefois ajouté, précisant que les ministres "rest(aient) en contact".

Le projet de rapprochement entre EADS -maison mère du constructeur Airbus- et le britannique BAE -fabricant de chars, navires, et porte-avions-, annoncé le 12 septembre, se ferait selon un ratio de 60% pour le britannique/40% pour EADS.

Selon la réglementation boursière britannique, les industriels ont jusqu'au 10 octobre pour annoncer une fusion ou abandonner leur projet. Ils peuvent également demander un report du délai, ce que les deux groupes souhaitent éviter.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles