Chute de 17% de la valeur du rial iranien

Une personne paye avec un billet de 20.000 rials, le 30 septembre 2012 à Téhéran [Atta Kenare / AFP] Une personne paye avec un billet de 20.000 rials, le 30 septembre 2012 à Téhéran [Atta Kenare / AFP]

La dégringolade de la monnaie iranienne, le rial, s'est accélérée lundi avec une chute d'environ 17% en une journée, celui-ci atteignant son niveau historique le plus bas, résultat d'une pénurie de devises fortes en raison des sanctions occidentales.

A l'ouverture du marché, le rial avait commencé avec une chute de 9% qui s'est accélérée pour atteindre 17% en fin de journée, le dollar s'échangeant à 34.500 rials sur le marché libre, contre environ 29.600 la veille.

La chute du rial face au dollar depuis un an a accéléré l'inflation, qui est officiellement de 23% environ.

"Les prix augmentent chaque jour et ça ne s'arrête pas", dit Khosro, un retraité qui doit continuer à faire le taxi pour arrondir les fins de mois.

Les prix des produits alimentaires ont doublé en un an et l'augmentation ne se limite pas aux produits importés, mais touche aussi les produits locaux.

"Le prix de mon dentifrice, une marque étrangère, a triplé en quelques mois. Du coup, je vais acheter un produit iranien. Mais il a aussi presque doublé", dit Maryam, une jeune Iranienne.

Lundi le volume des transactions était très faible en raison d'un marché très volatile, a constaté un témoin.

Le procureur général du pays, Gholamhossein Mohseni Ejeie, a affirmé, sans autre précision, que la justice allait "agir contre ceux qui perturbent le marché" si des malversations étaient prouvées, a rapporté l'agence Fars.

"Nous savons tous que malheureusement le pouvoir d'achat des gens a baissé et nous espérons qu'on va y trouver une solution", a-t-il ajouté.

L'Iran est soumis à des sanctions de l'ONU ainsi qu'à un embargo bancaire occidental mis en place depuis 2010 par les Etats-Unis et l'Union européenne pour son refus de cesser ses activités nucléaires sensibles. L'Occident accuse l'Iran, qui dément, de vouloir fabriquer l'arme atomique.

Le dollar valait 13.000 rials fin 2011, ce qui signifie que la monnaie iranienne a perdu en un an plus de 75% de sa valeur. Le rial n'a cessé de reculer par paliers successifs, victime de la pénurie de devises et de l'inflation galopante provoquées par les sanctions.

La diplomatie américaine a vu dans la chute de la monnaie iranienne le "succès" de ces sanctions internationales.

Cette dépréciation est révélatrice de "la pression internationale implacable et de plus en plus réussie que nous faisons tous peser sur l'économie iranienne", a déclaré lundi la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

L'économie gravement affectée

"C'est un désastre", a déclaré à l'AFP le directeur iranien d'une société d'importation sous couvert de l'anonymat. "Un client a perdu un milliard de rials en un jour" soit 30.000 dollars selon l'actuel taux.

Lundi, les agents de change refusaient d'acheter et de vendre des dollars.

"Nous ne savons pas ce qui va se passer dans les prochains jours et ce que le gouvernement va faire", a déclaré l'un d'eux cité par Fars.

Ces taux sont "artificiels et il n'y pas de réels échanges sur le marché", a déclaré Nosrat Ezzati, le porte-parole de l'Association des agents de change, cité par l'agence officielle Irna.

Les sanctions économiques occidentales qui visent à réduire les exportations de pétrole et empêcher dans le même temps les transactions des pétrodollars affectent directement le cours de la monnaie.

Le gouvernement a créé la semaine dernière un nouveau "centre d'échange" où des dollars sont mis à la disposition des importateurs à un taux inférieur à celui du marché libre.

Mais la création de centre n'a pas empêché la chute du rial.

"Ce centre a en fait accéléré la hausse du dollar", a déclaré à l'AFP Hirad Hatami un journaliste économique.

"C'est une bulle (...) Nous devons donner du temps, par exemple deux semaines, pour voir si ce centre peut permettre de contrôler le marché", a-t-il ajouté.

Le président de la Banque centrale, Mahmoud Bahmani, a affiché son optimisme malgré la chute du rial.

"Avec la hausse des échanges dans le centre, les effets seront ressentis sur le marché", a déclaré M. Bahmani, selon l'agence Isna.

En attendant, de nombreux Iraniens qui comptaient partir en vacances pour de lointaines destinations doivent renoncer à leur projet, les voyages devenant de plus en plus chers.

Et ceux qui ont envoyé leurs familles à l'étranger pour y vivre ou faire des études ont de plus en plus de mal à leur envoyer de l'argent.

Vous aimerez aussi

Le mot "budget" vient de l'ancien français "bougette", qui qualifiait une petite bourse.
Bon à savoir Quelle est l'origine du terme budget ?
solidarité Vidéo : Fred Testot s'engage pour les enfants hospitalisés avec la Fondation Ronald McDonald
argent Découvrez les nouveaux billets de 100 et 200 euros

Ailleurs sur le web

Derniers articles