Les prévisions de profits des compagnies aériennes revues à la hausse

Un avion [Fred Dufour / AFP/Archives] Un avion [Fred Dufour / AFP/Archives]

L'Association internationale des transports aériens (IATA) a révisé à la hausse lundi ses prévisions de bénéfices pour les compagnies aériennes mondiales pour 2012.

Selon l'IATA, les compagnies aériennes devraient réaliser au niveau mondial des bénéfices de 4,1 milliards de dollars cette année, contre une prévision de 3 milliards avancée en juin dernier.

Mais la marge nette est prévue à 0,6%, contre 1,4% en 2011, qui fut un beau crû.

Cette amélioration prévue des profits est essentiellement due à l'effort de restructuration des compagnies, a souligné l'IATA, même si les résultats 2012 seront moitié moins qu'en 2011, année où les bénéfices des compagnies aériennes s'étaient élevés à 8,4 milliards de dollars.

L'Europe devrait enregistrer le plus mauvais résultat, avec une perte attendue de 1,2 milliard de dollars, soit 0,1 milliard de plus que la prévision dévoilée en juin. En juillet le trafic sur l'Atlantique du nord était en baisse de 2,4% par rapport au même mois de 2011, et le trafic premium en Europe a diminué de 3,5% sur la même période.

A l'inverse, les autres régions voient leurs profits améliorés, la palme revenant à la région Asie-Pacifique avec des bénéfices attendus de 2,3 milliards (+ 0,3 milliard par rapport à la prévision de juin), suivie par la région Amérique du nord, avec un bénéfice attendu de 1,9 milliard pour 2012 (+ 0,5 milliard par rapport à la prévision de juin).

Pour 2013, l'IATA table sur une progression quasi-doublée des bénéfices au niveau mondial par rapport à 2012, à 7,5 milliards de dollars, avec une marge nette à 1,1%, mais ils resteront en "modeste amélioration" par rapport aux bonnes années.

À suivre aussi

Air France suspend « tout survol des espaces aériens iranien et irakien »
Conflit Air France suspend «tout survol des espaces aériens iranien et irakien»
Le patron démissionnaire de Boeing Dennis Muilenburg lors d'une audition au Congrès le 30 octobre 2019  [Olivier Douliery / AFP/Archives]
Aviation La crise du 737 MAX a eu raison du patron de Boeing Dennis Muilenburg
Aviation Le Boeing 737 MAX ne revolera pas avant 2020

Ailleurs sur le web

Derniers articles