Dubaï renoue avec les méga-projets

Une vue de la skyline de Dubaï, avec certains en construction, le 6 avril 2010 [Marwan Naamani / AFP/Archives] Une vue de la skyline de Dubaï, avec certains en construction, le 6 avril 2010 [Marwan Naamani / AFP/Archives]

Dubaï a renoué avec ses annonces de méga-projets, trois ans après la crise financière qui a paralysé son secteur immobilier en plein essor, mais des doutes persistent sur leur financement et leur faisabilité.

Dès lors que les données économiques de l'émirat ont commencé à faire bonne figure et malgré un lourd fardeau d'une dette cumulée durant des années, Dubaï semble de nouveau prêt à s'engager dans des projets grandioses.

"Nous ne prévoyons pas l'avenir. Nous le construisons", a lancé le souverain de Dubaï, cheikh Mohamed Ben Rached Al-Maktoum, qui a imposé l'émirat comme une destination touristique et un centre d'affaires régional, en dévoilant le plan de construction d'une cité portant son nom.

Parmi les attractions du nouveau projet, figure un centre commercial qui sera le plus grand au monde, rejoignant Dubaï Mall qui est déjà une destination mondiale du shopping et du divertissement.

La Cité Mohamed Ben Rached, prévue sur une grande partie du désert de l'émirat, aura un jardin 30% plus grand que le célèbre Hyde Park de Londres, outre une centaine d'hôtels et un parc à thème Universal Studios.

Aucune indication n'a été fournie sur le coût du projet, qui doit être réalisé par Dubaï Holding, un conglomérat du souverain, et le groupe Emaar, promoteur de Burj Khalifa, la plus haute tour au monde.

Dubaï, qui a d'autre par annoncé cette semaine un centre de loisirs et des parcs à thème d'un coût de 10 milliards de dirhams (2,7 milliards USD), semble vouloir capitaliser sur le tourisme qui, selon des statistiques officielles, enregistre une croissance annuelle de 13% et un taux d'occuption dans les hôtels de 82% en 2011.

Le Burj Khalifa, l'immeuble le plus haut du monde, à Dubaï le 3 janvier 2010 [Karim Sahib / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Le Burj Khalifa, l'immeuble le plus haut du monde, à Dubaï le 3 janvier 2010
 

"Les installations actuelles de Dubaï doivent être renforcées pour être à la hauteur des ambitions futures de la ville", a déclaré cheikh Mohammed en soulignant la croissance du tourisme, y compris celui des conférences et expositions.

"Une grande partie des projets est liée à l'expansion des capacités de Dubaï dans les secteurs de base (...), tel que le tourisme, ce qui est positif", souligne l'économiste Monica Malik de la banque d'investissment EFG-Hermes.

Mais la source de financement des méga-projets reste vague.

Une dette importante

"Nous avons nos propres ressources et leur mode de financement. Nous sommes convaincus que ces projets seront réalisés", assure le secrétaire général du Conseil économique de Dubaï, Hani al-Hamli, dans le magazine Arabian Business.

Or Dubaï ploie encore sous le poids de la dette, qui avait culminé à 113 milliards de dollars, avec une tranche de 9,3 milliards USD devant arriver à échéance en 2013 et une autre de 3 milliards USD en 2014.

"Les banques restent prudentes sur les prêts au développement immobilier et gardent encore d'importantes provisions pour les prêts immobiliers non performants" d'avant la crise, a noté jeudi le cabinet de conseil immobilier Jones Lang LaSalle dans un communiqué.

Cependant, "le fait que les projets sont de long terme est positif car ils peuvent être réalisés suivant la demande (...) et éviter une sur-offre", a déclaré à l'AFP Monica Malik.

Un Emirati dans le centre commercial Dubai Mall à Dubaï, le 4 novembre 2008 [Karim Sahib / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Un Emirati dans le centre commercial Dubai Mall à Dubaï, le 4 novembre 2008
 

Après s'être contractée de 2,4% en 2009, l'économie de Dubaï s'est reprise, réalisant un taux de croissance de 2,8% en 2010, 3,4% en 2011 et 4,1% au premier semestre de cette année, soutenu par le tourisme, le commerce et les transports.

Mais l'immobilier --principal moteur d'une croissance rapide avant la crise-- est en retard sur d'autres secteurs avec seulement 1,5% au cours des six premiers mois de 2012.

Le secteur s'est effondré en 2009 sous l'effet de la crise financière: des investisseurs ont dû mettre en attente ou annuler des projets programmés, alors qu'il y a surabondance de projets dans certains quartiers.

"Certains enseignements de la dernière crise immobilière semblent avoir été retenus", note Jones Lang LaSalle, citant notamment "la nécessité d'adopter une approche de long terme et coordonnée".

À suivre aussi

La dépense moyenne est de 38,79 euros par m2.
immobilier Paris : les propriétaires payent de plus en plus de charges
Économie Immobilier : les 10.000 euros franchis, la hausse des prix sur le marché parisien continue
immobilier Sicile : un village met en vente des maisons à 1 dollar

Ailleurs sur le web

Derniers articles