OMC : Azevedo pessimiste sur la relance de Doha

Le futur directeur de l'OMC Roberto Azevedo tient une conférence de presse à Brasilia, le 17 mai 2013 [Evaristo Sa / AFP] Le futur directeur de l'OMC Roberto Azevedo tient une conférence de presse à Brasilia, le 17 mai 2013 [Evaristo Sa / AFP]

Roberto Azevedo, le prochain directeur général de l'OMC, n'a pas caché un "certain pessimisme" concernant la relance du cycle des négociations de Doha, tout en s'engageant à accélérer la fin des mesures de protectionnisme mises en place par les Etats après la crise de 2008.

"Les négociations n'avancent pas avec la rapidité que nous espérions. Nous sommes dans un moment délicat", a déclaré M. Azevedo évoquant même un "certain pessimisme", lors d'une conférence de presse vendredi à Brasilia.

Désigné au début du mois pour succéder au Français Pascal Lamy, M. Azevedo représentant du Brésil à l'OMC (Organisation mondiale du commerce) depuis 2008, prendra ses nouvelles fonctions le 1er septembre, quelques mois avant une réunion de l'organisation, au niveau ministériel, en décembre à Bali.

M. Azevedo a souligné qu'il chercherait à parvenir à un "minimum raisonnable" de résultats à cette occasion.

Le cycle de négociations sur la libéralisation du commerce lancé à Doha, au Qatar en 2001, est en panne. Il n'a pas débouché sur des accords importants d'ouverture des marchés, avec la suppression de barrières douanières, des subventions et des taxes excessives, pour aider au développement des pays les plus pauvres.

M. Azezedo va devoir surmonter les différences sur ces questions entre la Chine, l'Union européenne, les Etats Unis et l'Inde. Son choix comme nouveau directeur général, celui d'un représentant issu d'un pays émergent, a été salué la semaine dernière par les Etats membres comme un signe d'espoir pour sortir de l'impasse actuelle.

"J'ai vu de bien meilleurs jours. Je m'engage vis-à-vis de tous les membres à travailler avec eux, avec une ferme détermination, pour restaurer le rôle de l'OMC et la pré-éminence qu'elle mérite et doit avoir", avait déclaré le Brésilien, mardi à Genève, lors de sa nomination formelle par les représentants des 159 Etats membres réunis en session du Conseil de l'OMC.

Vendredi, M. Azevedo s'est en outre engagé à accélérer le retrait des mesures de protectionnisme largement adoptées à travers le monde après la crise financière de 2008.

"A peu près 20% des mesures que l'on pouvait considérer protectionnistes et introduites à partir de 2008 ont été retirées", a-t-il indiqué, rappelant qu'il n'y en avait donc encore "80% en vigueur" et que le processus serait "lent et graduel".

Vous aimerez aussi

Emploi Le salon Carrefour Commerciales est de retour
Commerce Monoprix ouvre sa boutique virtuelle sur Amazon Prime Now
argent Tout comprendre sur le «cash back», qui débarque chez les commerçants français

Ailleurs sur le web

Derniers articles