Grippe aviaire en Chine : 5 milliards d'euros de pertes pour l'industrie avicole

Une vendeuse de volaille nourrit ses poulets et ses canards le 16 avril 2013 au marché de Guiyang [ / AFP] Une vendeuse de volaille nourrit ses poulets et ses canards le 16 avril 2013 au marché de Guiyang [ / AFP]

L'épidémie de grippe aviaire H7N9 a déjà coûté plus de 40 milliards de yuans (5 milliards d'euros) à l'industrie avicole chinoise, les consommateurs se détournant des volailles, ont annoncé des responsables gouvernementaux cités lundi par un quotidien officiel.

Le secteur a perdu environ un milliard de yuans par jour (127 millions d'euros) depuis fin mars, a déclaré Li Xirong, directeur de l'administration nationale chargée de l'élevage en Chine, cité par le journal les Nouvelles de Pékin.

Les volailles représentent une part très importante dans l'alimentation des Chinois, même si le porc fournit la première source d'apport en viande.

Le virus H7N9 a contaminé 130 personnes en Chine, parmi lesquelles 35 sont mortes, d'après les dernières données officielles. Cette souche grippale ne s'était, jusqu'à récemment, jamais transmise à l'homme.

Les ventes de poulet ont baissé et les prix ont plongé, causant de graves problèmes de trésorerie pour les producteurs et un nombre important de licenciements économiques, a regretté M. Li.

Pour redonner confiance aux consommateurs, des officiels de la province du Shandong (est) et des responsables de la filière se sont rassemblés la semaine dernière autour d'un repas uniquement à base de poulet. L'événement a été largement médiatisé.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il n'existe aucune preuve d'une transmission d'homme à homme du virus H7N9.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles