France: l'activité du privé stable en mai par rapport à avril

Une offre d'emploi [Loic Venance / AFP/Archives] Une offre d'emploi [Loic Venance / AFP/Archives]

L'activité du secteur privé continue de se replier en France en mai, stable à 44,3 points comme en avril, avec un petit sursaut de l'industrie manufacturière, selon les premiers résultats de l'indice composite PMI publié jeudi par le cabinet Markit.

"La forte contraction de l'activité se poursuit en ce deuxième mois du deuxième trimestre, suggérant la possibilité d'une nouvelle baisse du PIB alors même que les données officielles viennent de confirmer l'entrée officielle de la France en récession, caractérisée par une baisse de l'activité économique au cours des deux derniers trimestres", a estimé Jack Kennedy, économiste chez Markit dans un communiqué.

Le PMI "flash" composite de l'activité globale en France avait atteint en avril son plus haut niveau depuis décembre 2012. Il reste néanmoins largement sous le seuil des 50 points qui délimite les périodes d'expansion des périodes de contraction et signale "une nouvelle baisse soutenue de l'activité globale", a précisé Markit.

Dans le détail, le recul de la production de l'industrie manufacturière est très légèrement inférieur à celui d'avril (44,3 points contre 44,1) et "le plus faible depuis neuf mois". Les prestataires de services signalent eux un taux de contraction de l'activité identique à avril (44,3 points).

Le taux de repli des nouvelles affaires fléchit marginalement en mai et affiche son plus faible niveau depuis août 2012.

Cette tendance reflète un ralentissement du recul des nouvelles commandes dans l'industrie manufacturière qui compense le renforcement de la contraction des nouvelles affaires dans le secteur des services. "Les entreprises interrogées attribuent généralement la baisse des nouvelles affaires à un affaiblissement de la demande et aux fortes pressions concurrentielles", explique Markit.

"Les pressions sur les marges opérationnelles et sur l'emploi restent marquées, l'environnement économique des entreprises restant défavorable", estime M. Kennedy.

Enfin dans le secteur des services, les perspectives d'activité des prestataires de services restent très légèrement orientées à la hausse en mai, "le degré de confiance fléchissant toutefois légèrement par rapport à avril", assure Markit.

"Les entreprises anticipent une hausse de l'activité au cours des 12 prochains mois et se disent souvent optimistes quant à une reprise de la demande, certaines faisant également mention de la mise en oeuvre de nouvelles stratégies commerciales", poursuit le cabinet.

Vous aimerez aussi

Économie Bitcoin, Ether, Ripple, Litecoin... les 10 cryptomonnaies à connaître
Conso Comment faire des économies sur sa facture d'électricité ?
Économie Pôle emploi propose aux chômeurs de s'expatrier en République tchèque

Ailleurs sur le web

Derniers articles