La compagnie aérienne nippone ANA va réexploiter le Boeing 787 dès dimanche

Un Boeing 787 "Dreamliner" de la compagnie aérienne ANA sur le tarmac de l'aéroport d'Haneda, à Tokyo, le 30 avril 2013 [Toru Yamanaka / AFP/Archives] Un Boeing 787 "Dreamliner" de la compagnie aérienne ANA sur le tarmac de l'aéroport d'Haneda, à Tokyo, le 30 avril 2013 [Toru Yamanaka / AFP/Archives]

La compagnie aérienne japonaise ANA a annoncé jeudi qu'elle allait relancer dès dimanche l'exploitation commerciale de son Boeing 787, avec six jours d'avance sur l'échéancier prévu.

L'avion sera utilisé pour des vols intérieurs entre Sapporo, sur l'île de Hokkaido (nord) et l'aéroport de Tokyo-Haneda, a précisé la compagnie dans un communiqué.

"Les modifications ont été accomplies sur tous nos 787 et nous avons réalisé des tests supplémentaires", a souligné le PDG d'ANA, Osamu Shinobe.

Le dernier né de l'avionneur américain Boeing a été interdit de décoller et cloué au sol pendant trois mois et demi, après deux graves incidents de surchauffe de batterie lithium-ion en janvier, l'un sur un vol d'ANA au Japon et un autre dans un avion de l'autre grande compagnie aérienne nippone, JAL, stationné sur l'aéroport de Boston (est des Etats-Unis).

Moyennant des modifications apportées aux batteries de cet appareil, les autorités de régulation américaines, japonaises et européennes ont autorisé fin avril le 787, surnommé "Dreamliner", à revoler.

ANA, qui possédait 17 Boeing 787 soit environ le tiers de la flotte mondiale déjà livrée par l'avionneur américain, et vient d'en toucher un 18ème, a été particulièrement touchée par cette interdiction et est impatiente d'en relancer l'exploitation commerciale, sur des liaisons domestiques comme internationales.

La semaine dernière, la compagnie a annoncé qu'un vol d'essai du 787 au Japon avait été entaché d'un incident : un tableau électrique a été bruni, probablement à cause d'une surchauffe provoquée par des vibrations en raison d'un boulon mal serré.

La compagnie a toutefois assuré que ce souci ponctuel ne remettait pas en cause la sécurité de cet appareil.

L'exploitation commerciale du "Dreamliner" a recommencé lundi aux Etats-Unis, pour la première fois depuis les incidents de janvier, avec un vol assuré par la compagnie United Airlines entre Houston (sud) et Chicago (nord).

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles