Début du dernier CCE sur le projet de réorganisation de la Banque de France

Le fronton de la Banque de France, à Paris [Jacques Demarthon / AFP/Archives] Le fronton de la Banque de France, à Paris [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Le dernier comité central d'entreprise (CCE) de la Banque de France dédié à la restructuration de l'institution bancaire s'est ouvert vendredi matin à Paris, l'intersyndicale espérant que le nombre de fermetures de sites ou réduction d'activités soient revues à la baisse.

La Banque de France projette une modification et une modernisation en profondeur d'ici 2020 de son organisation et de ses activités en région, notamment ses services aux entreprises et aux particuliers (surendettement, entre autres).

Le projet passe par la fermeture de caisses et des regroupements régionaux. Ce plan est à l'ordre du jour du CCE qui doit durer toute la journée.

"Nous espérons que le gouverneur (Christian Noyer), qui ne s'est pas trop exprimé jusqu'ici, va infléchir sa position sur le projet, en particulier sur la cartographie", a indiqué à l'AFP peu après le début du CCE Franck Lambert, secrétaire national du SNBF Solidaires, premier syndicat de la Banque de France. Il est uni avec les autres syndicats en intersyndicale contre le projet.

Les syndicats espèrent que "certains centres de traitement de gestion seront maintenus" de même que des "agences d'accueil", a résumé M. Lambert.

Les projets de réorganisation des caisses, des services de surendettement et aux entreprises seront abordés lors du CCE dans la matinée. L'après-midi est consacrée à la liste définitive des fermetures de caisses et agences entre 2013 et 2020 ainsi qu'au plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Ce plan social concerne 176 personnes dont les postes vont disparaître dans le cadre des 15 fermetures de caisses prévues entre 2013 et 2020).

Outre ces suppressions de postes, une réduction des effectifs touchant 1.700 à 2.100 postes est prévue d'ici à 2020 via des départs non remplacés.

Vous aimerez aussi

Fraude Révision du procès Kerviel : la justice rejette la demande de l'ex-trader
Des militants d'Attac manifestent devant la banque HSBC, sur les Champs-Elysées à Paris, le 15 septembre 2018  [FRANCOIS GUILLOT / AFP]
Finance Série d'actions d'Attac en France pour dénoncer la finance «toxique»
Les frais bancaires en forte hausse depuis trois ans
Économie Banques : les frais seront plafonnés à 200 euros pour les clients fragiles

Ailleurs sur le web

Derniers articles