Les autorités chinoises donnent leur feu vert au Boeing 787

Vue d'un Boeing 787 "Dreamliner" [Adrian Dennis / AFP/Archives] Vue d'un Boeing 787 "Dreamliner" [Adrian Dennis / AFP/Archives]

Les autorités chinoises ont jugé le 787 apte à voler sur leur territoire, a indiqué jeudi à l'AFP un porte-parole de Boeing, ce qui ouvre la porte d'un des plus grands marchés du monde au dernier-né du constructeur aéronautique américain.

"Je peux confirmer que l'Administration chinoise de l'aviation civile a donné sa certification au 787", surnommé le Dreamliner, a dit ce porte-parole.

Aucune compagnie aérienne chinoise n'a encore reçu la livraison d'un 787, dont la flotte mondiale s'élève pour l'instant à 52 appareils, mais Air China a passé une commande de 15 exemplaires, China Southern Airlines en a commandé 10 et Hainan Airlines 10 également.

Le 787, un long courrier, reprend progressivement les vols dans le monde après avoir été cloué au sol pendant plus de trois mois à partir de la mi-janvier à la suite de deux graves incidents survenus à bord sur des batteries, l'un aux Etats-Unis, l'autre au Japon.

Les autorités américaines ont validé des modifications des batteries lithium-ion incriminées pour éviter que les problèmes, un départ de feu d'une part et une surchauffe incontrôlable accompagnée d'émissions de fumée de l'autre, ne se reproduisent, et même si leur cause exacte reste inconnue.

Boeing a repris les livraisons de 787 mi-mai avec un exemplaire à la compagnie japonaise ANA, qui en compte désormais 18 dans sa flotte, et un autre à LOT Polish Airlines, qui en détient dorénavant trois.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles