Les consommateurs allemands persistent à garder le moral

Des personnes marchent dans une rue commerçante de Stuttgart, le 27 décembre 2011 [Franziska Kraufmann / DPA/AFP/Archives] Des personnes marchent dans une rue commerçante de Stuttgart, le 27 décembre 2011 [Franziska Kraufmann / DPA/AFP/Archives]

Le moral des consommateurs allemands continue de progresser, grâce aux bons fondamentaux de leur économie nationale, selon des chiffres publiés vendredi par l'institut GfK.

L'indice devrait progresser à 6,5 points en juin, après 6,2 points en mai et 6 points en avril, selon les projections de l'institut GfK qui prend chaque mois le pouls des consommateurs allemands.

"Bien que la Commission européenne ait pronostiqué que la zone euro sera en récession cette année, l'optimisme des consommateurs allemands ne se dément pas", a commenté l'institut GfK, en attribuant en premier lieu le mérite à une situation économique solide dans le pays qui malgré une hausse faible de son Produit intérieur brut au premier trimestre (0,1% selon un chiffre provisoire) a réussi à éviter la récession contrairement à son voisin français par exemple.

"Un niveau d'emploi élevé, de bons accords salariaux ainsi qu'une inflation soutiennent le moral" des consommateurs, explique le GfK, qui se base sur des entretiens avec 2.000 ménages.

En conséquence, en mai, l'appréciation par les ménages de l'évolution de la conjoncture économique, l'une des composantes de l'indice, s'est améliorée légèrement, après un recul en avril, tout en restant restant légèrement en terrain négatif (à -0,2 point contre -1,5 point en avril). Leurs attentes concernant leurs futurs revenus ont aussi enregistré une légère hausse (à 33,9 points contre 30,8 points en avril). Ce qui permet à leur propension à consommer de rester à un "très bon niveau" (37,7 points après 37,6 points en avril).

Cette envie de consommer est aussi la conséquence d'une moindre envie d'épargner, après la décision de la Banque centrale européenne (BCE) début mai de baisser son principal taux d'intérêt directeur à 0,5%, soit son plus bas niveau historique.

Vous aimerez aussi

Économie Les Français préfèrent leur pouvoir d'achat à la transition énergétique, selon un sondage
Bon à savoir Pourquoi parle-t-on de «royalties» ?
Conso Comment faire des économies sur sa facture d'électricité ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles