Le gouverneur de la Banque de France contre de nouvelles hausses d'impôts

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, le 28 mars 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP/Archives] Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, le 28 mars 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP/Archives]

Le gouverneur de la Banque de France (BdF), Christian Noyer, a enjoint mardi le gouvernement à réduire désormais la dépense publique pour redresser les comptes du pays et à éviter toute nouvelle hausse d'impôts pour y parvenir.

La Commission européenne a accordé début mai deux ans à la France pour atteindre son objectif de ramener ses déficits publics sous les 3%, un but que l'exécutif espérait initialement atteindre dès 2013.

"L'atteinte des objectifs affichés nécessite à présent de concentrer les efforts sur la dépense publique, compte tenu du niveau élevé de pression fiscale atteint et de l'impossibilité d'augmenter les charges des entreprises sans dégrader à nouveau l'activité et l'emploi", écrit M. Noyer dans une lettre aux présidents de la République, du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Le banquier central, qui dit anticiper une croissance "proche de zéro" cette année en France, défend également les politiques européennes, dénonçant la vision "erronée" de ceux qui jugent qu'elles imposent "des contraintes excessives".

"Si des règles de discipline européennes existent, c'est parce qu'elles sont nécessaires à la cohésion et à l'équilibre de la zone euro", écrit-t-il.

Christian Noyer appelle en outre l'administration publique à gagner en productivité, à tous les échelons.

"L'objectif stratégique de long terme doit donc être une baisse tendancielle du nombre de fonctionnaires, qui est en France très élevé au regard de pays comparables", insiste-t-il.

Il encourage le gouvernement à réaliser le "choc de simplification" administrative promis par François Hollande pour mettre fin à "l'empilement des structures" afin de gagner en efficacité et de réaliser des économies, "avec pour principe que chaque acteur public possède une compétence exclusive dans un domaine particulier".

Le gouverneur de la Banque de France souhaite aussi que soient prises des actions "de grande ampleur" pour permettre un retour à l'équilibre des régimes sociaux.

"Pour notre système de retraite, un nouvel allongement de la durée de cotisation ou un relèvement de l'âge minimum paraissent inéluctables pour retrouver l'équilibre", prévient-t-il, alors que le gouvernement préparer actuellement une nouvelle réforme sur le sujet.

En la matière, il se dit également en faveur d'une désindexation des prestations de l'ensemble des régimes, comme cela a récemment été fait pour les retraites complémentaires.

Selon le gouverneur de la Banque de France, cela permettra de s'assurer que "les efforts soient équitablement répartis entre les actifs et les retraités".

Vous aimerez aussi

Fraude Révision du procès Kerviel : la justice rejette la demande de l'ex-trader
Des militants d'Attac manifestent devant la banque HSBC, sur les Champs-Elysées à Paris, le 15 septembre 2018  [FRANCOIS GUILLOT / AFP]
Finance Série d'actions d'Attac en France pour dénoncer la finance «toxique»
Les frais bancaires en forte hausse depuis trois ans
Économie Banques : les frais seront plafonnés à 200 euros pour les clients fragiles

Ailleurs sur le web

Derniers articles