Les Japonais, principaux détenteurs d'actifs étrangers dans le monde en 2012

Des passants dans une rue de Tokyo devant un panneau affichant le taux de change entre le yen et le dollar, le 8 avril 2013 [Kazuhiro Nogi / AFP/Archives] Des passants dans une rue de Tokyo devant un panneau affichant le taux de change entre le yen et le dollar, le 8 avril 2013 [Kazuhiro Nogi / AFP/Archives]

Les Japonais sont restés de loin les principaux détenteurs d'actifs étrangers dans le monde en 2012 devant les Chinois et les Allemands, d'après des données publiées mardi par le ministère nippon des Finances.

A la fin de l'année dernière, les Japonais (institutions publiques, entreprises privées et individus confondus) possédaient au total 296.300 milliards de yens d'actifs nets à l'étranger (2.253 milliards d'euros au taux de change de mardi).

Ces actifs nets correspondent aux biens possédés par les Japonais à l'étranger (parts de sociétés industrielles ou immobilières, obligations, titres financiers divers, etc.) moins les actifs possédés par des étrangers au Japon.

Le Japon a occupé la première place de ce classement pour la 22e année consécutive en 2012.

D'après la statistiques diffusées par le ministère, la Chine continentale disposait de la deuxième place, avec 150.300 milliards de yens (1.143 milliards d'euros) et l'Allemagne de la troisième avec 121.900 milliards de yens (927 milliards d'euros).

Venaient ensuite la Suisse - 84.700 milliards de yens (644 milliards d'euros) - et Hong Kong - 63.400 milliards (482 milliards d'euros).

La position du Japon pourrait néanmoins être menacée à terme par l'important déficit commercial qu'il subit depuis l'arrêt de la quasi totalité de ses réacteurs nucléaires après l'accident de Fukushima en mars 2011.

L'arrêt de cette production d'électricité, par mesure de précaution avant des examens de sûreté des sites, force les compagnies japonaises à importer beaucoup plus d'hydrocarbures pour faire tourner plus vite leurs centrales thermiques. Cette facture énergétique plus lourde pèse sur la balance des transactions courantes, dont le surplus s'est réduit comme jamais en 2012.

"Le maintien du Japon comme grande nation créancière dépendra de sa compétitivité économique et de son mode de consommation énergétique", a expliqué Tsuyoshi Nakazawa, analyste en investissement chez la banque Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.

"Le Japon mange son pain blanc", a-t-il ajouté, cité par Dow Jones Newswires.

Cette position créditrice vis-à-vis du reste du monde constitue l'une des raisons pour lesquelles la dette de l'Etat japonais reste plutôt bien considérée par les agences de notations financières, alors que cet endettement public est de loin le plus élevé parmi ceux des pays développés (245% du produit intérieur brut du Japon en 2013 d'après le FMI).

Cette dette publique est de surcroît possédée à plus de 90% par des investisseurs japonais.

Vous aimerez aussi

Noël Les 10 meilleurs mangas de 2018 à offrir pour Noël
"Si un hacker vise ce ministre Sakurada, il ne pourra lui voler aucune information. Ça pourrait bien être la meilleure des sécurités", a ironisé un internaute à propos de Yoshitaka Sakurada, assis à gauche à côté d'une autre ministre, au Parlement japonais, le 14 novembre 2018 à Tokyo [JIJI PRESS / JIJI PRESS/AFP]
Insolite Japon : le ministre chargé de la cyber-sécurité n'a jamais utilisé d'ordinateur
Sport Video : Elle termine son relais sur les genoux après s’être cassé la jambe

Ailleurs sur le web

Derniers articles