Grèce: indices "positifs" sur le redressement de l'économie

Le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, le 28 novembre 2012 à Athènes [Angelos Tzortzinis / AFP/Archives] Le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, le 28 novembre 2012 à Athènes [Angelos Tzortzinis / AFP/Archives]

La Banque de Grèce a fait preuve d'un optimisme mesuré sur le redressement graduel de l'économie grecque en discernant des "indices positifs", tout en confirmant la perspective d'une 6e année de récession en 2013 et d'une hausse du chômage à 28%.

"Au cours des derniers mois, des indices tant à l'intérieur du pays qu'à l'étranger montrent que l'économie (grecque)retrouve le chemin de l'équilibre", a indiqué la Banque de Grèce (BdG) dans son rapport annuel, déposé au parlement.

Soulignant que "le risque d'une sortie de la Grèce de la zone euro a été écarté, selon l'ensemble des analystes et des organismes internationaux", la BdG estime que "la confiance (...) se rétablit graduellement après la baisse drastique" des spread, l'écart de taux entre l'obligation allemande à 10 ans qui fait référence, et l'obligation souveraine grecque.

Toutefois le rapport souligne que la récession va se poursuivre en 2013 avec un recul du Produit intérieur brut (PIB) de 4,6%, avant une reprise prévue en 2014, alors que le chômage va atteindre 28%, l'un des taux les plus élevés de la zone euro.

Jusqu'à présent, le gouvernement grec table sur un recul de 4,3% du PIB en 2013 après une contraction de 6,4% en 2012. Pour 2014, le gouvernement attend une reprise en fin d'année, et table sur une croissance de 0,2%.

Dans des déclarations à l'agence de presse grecque Ana, le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, a campé sur cette prévision d'un retour à la croissance, en se portant en faux contre les projections publiées également mercredi par l'OCDE, tablant elles sur la poursuite de la récession en 2014 avec un recul de 1,2% du PIB.

"Nous ne sommes pas d'accord avec ce chiffre, la Commission européenne et le FMI ne sont pas d'accord non plus, je crois que le PIB progressera d'un peu moins que 1%", a-t-il affirmé de Paris, où il venait de rencontrer le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria.

La BdG souligne dans son rapport que la reprise dépend de "l'accélération des réformes" surtout dans la fonction publique et que l'objectif principal est la réalisation "d'un excédent primaire en 2013 (...) ce qui va renforcer la confiance".

Concernant la recapitalisation des banques grecques, la BdG a indiqué qu'elle s'achèverait "dans les délais prévus", soit d'ici fin juin, et que les banques seront appelées dans les prochains mois à participer "à plus de synergies".

Grâce au plan de sauvetage européen UE-FMI depuis 2010, les quatre principales banques grecques ont bénéficié d'une aide de 50 milliards d'euros visant à renforcer leurs capitaux et garantir les liquidités dans le pays.

La Grèce a reçu des prêts de 240 milliards d'euros au total depuis 2010 en échange d'une rigueur stricte qui a aggravé la récession et paupérisé une grande partie de la population.

Vous aimerez aussi

Économie Pôle emploi propose aux chômeurs de s'expatrier en République tchèque
Insolite Une université canadienne enseigne la production de cannabis
Économie Électricité, gaz, téléphone : bientôt des prélèvements à la carte ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles