L'Etat va céder une partie de sa participation dans Aéroports de Paris

Augustin de Romanet , le PDG des Aéroports de Paris, le 28 février 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP] Augustin de Romanet , le PDG des Aéroports de Paris, le 28 février 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP]

L'Etat va céder une partie de sa participation dans Aéroports de Paris (ADP), représentant jusqu'à 10 millions d'actions, mais conservera la majorité dans le capital de l'exploitant de Roissy et Orly, a annoncé jeudi le ministre de l'Economie Pierre Moscovici.

Au cours de clôture de mercredi, l'opération permettrait aux pouvoirs publics de récupérer 690 millions d'euros, mais ce type de transaction est généralement effectué avec une décote sur le cours de Bourse.

Pierre Moscovici a "demandé à l'Agence des participations de l'Etat de préparer la cession de la participation de l'Etat excédant le seuil de la majorité du capital de la société Aéroports de Paris à plusieurs investisseurs de long-terme, dans le cadre d'une procédure hors marché, ouverte et transparente et de proposer au Fonds Stratégique d'Investissement de s'y associer", a indiqué un communiqué de Bercy.

"Cette démarche s'inscrit dans le cadre des orientations du gouvernement pour une politique de gestion active des participations de l'Etat, qui doit permettre de préserver les intérêts patrimoniaux et stratégiques de l'Etat tout en dégageant des ressources en fonds propres pour de nouveaux secteurs porteurs de développement économique", a-t-il ajouté.

L'Etat détient actuellement 54,5% du capital social d'Aéroports de Paris, et le Fonds stratégique d'investissement (FSI) en détient 5,6%.

Il a déjà cédé au cours des dernières semaines une partie de ses parts dans l'équipementier aéronautique Safran, pour 448,5 millions d'euros, et dans le groupe d'aéronautique et de défense EADS dans le cadre de deux opérations distinctes qui lui ont rapporté au total 1,19 milliard d'euros.

À suivre aussi

Aucun passager n'a été blessé dans l'accident
Accident Deux avions entrent en collision à l'aéroport de Francfort
Insolite Le pilote d'un vol Rome-Tel Aviv dessine un avion dans le ciel
Le 737 MAX de Boeing, impliqué dans deux accidents et qui avait été homologué et autorisé à voler par le régulateur aérien américain en 2017, a depuis été cloué au sol à travers le monde [Jason Redmond / AFP/Archives]
Aviation Boeing accusé d'avoir caché des documents cruciaux sur le 737 MAX

Ailleurs sur le web

Derniers articles