Japon: les ventes de véhicules neufs baissent de 7,3% en mai sur un an

Des piétons marchent le 25 avril 2013 devant des véhicules Mitsubishi, au siège de la compagnie japonaise à Tokyo [Toru Yamanaka / AFP/Archives] Des piétons marchent le 25 avril 2013 devant des véhicules Mitsubishi, au siège de la compagnie japonaise à Tokyo [Toru Yamanaka / AFP/Archives]

Les ventes de véhicules neufs au Japon, hors mini-modèles, ont baissé de 7,3% en mai sur un an, a annoncé lundi l'association nationale des concessionnaires.

Un total de 219.099 véhicules neufs ont été écoulés dans l'archipel au mois de mai, a précisé l'association dans un communiqué. Les ventes avaient légèrement augmenté en avril en rythme annuel pour la première fois depuis le mois d'août.

Elles avaient commencé à reculer depuis le mois de septembre entre autres à cause de l'arrêt, le même mois, d'un programme de subvention à l'achat de voitures peu gourmandes en énergie qui avait dopé les ventes pendant les deux-tiers de l'année 2012.

Une embellie de la confiance des consommateurs a néanmoins été observée ces tous derniers mois, après le retour au pouvoir du dirigeant conservateur Shinzo Abe, ce qui fait espérer une certaine reprise des achats dans un certain nombre de secteurs.

Dans le détail, 191.976 voitures de tourisme ont été écoulés en mai, soit une baisse de 8,9% sur un an. Les ventes de camions et camionnettes ont pour leur part grimpé de 6,8%, à 26.490 unités, et celles de bus ont diminué de 14% à 633 exemplaires.

Ces chiffres ne comprennent toutefois pas les modèles de moins de 660 cc comptabilisés à part et dont les ventes ont perdu 6,3% en mai sur un an pour s'établir à 148.549 unités.

En 2012, grâces aux dispositions particulières prises par l'Etat pour redonner du tonus au secteur de l'automobile affecté par la morosité économique et le séisme du 11 mars 2011, les ventes de véhicules avaient rebondi de plus de 25%, tous modèles confondus.

Cette année, une embellie économique est espérée grâce à des mesures de relance récemment mises en place par le gouvernement de droite arrivé au pouvoir fin décembre. Si leurs effets sont encore incertains, le moral des consommateurs est déjà nettement remonté et leur propension à l'achat de biens pourrait suivre.

Vous aimerez aussi

Renault-Nissan Affaire Ghosn : pas de fraude fiscale identifiée en France
Automobile Carlos Ghosn, soupçonné d'avoir dissimulé des revenus au fisc, arrêté au Japon
Automobile Prime à la conversion : quelle voiture choisir ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles