Sanofi abandonne l'iniparib, impact de 219 millions d'euros sur résultat net

Le patron de Sanofi, Christopher Viehbacher, s'adresse à l'assemblée annuelle des actionnaires, le 3 mai 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP/Archives] Le patron de Sanofi, Christopher Viehbacher, s'adresse à l'assemblée annuelle des actionnaires, le 3 mai 2013 à Paris [Eric Piermont / AFP/Archives]

Le groupe pharmaceutique Sanofi a annoncé lundi l'abandon du programme de recherche expérimentale sur la molécule iniparib (cancer), entraînant une dépréciation d'actifs qui va affecter le résultat net consolidé du premier semestre d'environ 219 millions d'euros.

Le groupe, qui a également annoncé l'abandon de la molécule otamixaban (anticoagulant) faute de résultats probants, a précisé que ses objectifs en ce qui concerne le résultat net de ses activités ne seraient pas affectés par ces décisions.

Sanofi a indiqué dans un communiqué que l'expérimentation de Phase III, dernière étape avant la demande d'autorisation et de commercialisation, de l'iniparib dans le cancer épidermoïde du poumon non à petites cellules (CPNPC épidermoïde) "n'a pas atteint son critère d'évaluation principal" car "il n'a pas été démontré d'amélioration statistiquement significative de la survie globale".

En janvier 2011, le groupe avait annoncé l'échec des tests de son traitement iniparib contre les cancers du sein agressifs.

En conséquence, "Sanofi a décidé de mettre fin au programme expérimental interne consacré à l'iniparib", ce qui va se traduire par la dépréciation de la "totalité" des actifs incorporels liés à ce traitement au 30 juin 2013.

Cela représente un impact net estimé à 285 millions de dollars après impôt sur le résultat net consolidé (environ 219 millions d'euros)", a indiqué Sanofi.

Par ailleurs, "les premiers résultats de l'étude de phase III pour le composé expérimental anticoagulant otamixaban ont montré que l'étude n'a pas atteint le critère d'évaluation principal de supériorité par rapport aux traitements existants", a indiqué le groupe pharmaceutique, qui a donc décidé de "mettre un terme" à son programme expérimental.

Vous aimerez aussi

Le gouvernement a donné trois mois au groupe pharmaceutique Sanofi pour respecter les valeurs limites d'émission de rejets toxiques décelées sur le site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques), dont la production a été suspendue le 9 juillet 2018 [MEHDI FEDOUACH / AFP]
Scandale Sanofi : pas de réouverture à Mourenx sans mise en conformité
L'usine de Sanofi à Mourenx (Pyrénées-Atlantique), où le groupe pharmaceutique produit la Dépakine, rejette des "matières dangereuses à des taux astronomiques", dénonce lundi l'association France Nature Environnement (FNE), qui compte déposer plainte prochainement [ERIC PIERMONT / AFP/Archives]
Scandale Sanofi arrête son site de Mourenx, responsable de rejets toxiques hors norme
Cette augmentation des tarifs est causée par la loi de libéralisation de 2008.
Santé Les prix des médicaments sans ordonnance s'envolent

Ailleurs sur le web

Derniers articles