Hollande veut une "réunion" des 27 à propos de la Chine

François Hollande, le 2 juin 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives] François Hollande, le 2 juin 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives]

Le président François Hollande a demandé mercredi une "réunion" des 27 pays de l'UE pour dégager "une solidarité de points de vue" sur les négociations commerciales avec la Chine, a annoncé la porte-parole du gouvernement français Najat Vallaud-Belkacem.

"Le président de la République a souhaité que l'on engage une démarche au niveau de la Commission européenne pour qu'une réunion se tienne et qu'en ressorte une solidarité de points de vue de la part des 27", a-t-elle déclaré à l'occasion du compte-rendu du Conseil des ministres.

Pékin a répliqué mercredi aux taxes imposées par Bruxelles sur le solaire chinois en ouvrant une enquête antidumping sur les vins importés de l'Union européenne et en agitant le spectre d'une guerre commerciale entre la Chine et l'Europe.

Notant que les institutions européennes avaient réorienté leur politique de négociation autour d'un "principe de réciprocité", la porte-parole du gouvernement français a souligné que cela supposait "une certaine conception de la justice dans nos échanges commerciaux".

"Notre cadre d'échanges aujourd'hui n'est pas équilibré", a-t-elle déploré, estimant que cela "implique à l'évidence que nous soyons plus exigeants", ce qui "à 27 est évidemment une force".

"Une cohésion entre les pays européens sur ces sujets de négociations commerciales" est nécessaire, a-t-elle insisté. François Hollande a relevé que "d'autres sujets vont arriver bientôt comme l'accord de libre échange commercial avec les Etats-Unis, sur lesquels il faudra, là encore, que les 27 puissent parler d'une seule voix".

La Commission européenne s'est dite ouverte au dialogue sur la politique commerciale communautaire, voire à l'organisation d'un sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement, sans toutefois vouloir limiter la thématique aux seuls échanges avec la Chine. La politique commerciale est une compétence exclusive de l'UE, sous le contrôle des Etats et du Parlement européens.

"Nous avons à plusieurs reprises abordé les questions commerciales. Je ne vois pas pourquoi les chefs d'Etat et de gouvernement ne pourraient pas, dans le respect des compétences de chacun, discuter des questions commerciales", a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso, au cours d'une conférence de presse commune avec le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

"Les chefs d'Etat et de gouvernement et la Commission sont toujours disposés à engager le dialogue. (...) Toutes les occasions sont bonnes pour discuter de ce qui est d'importance stratégique", a-t-il ajouté.

"Mais je ne pense pas que nous ayons intérêt à ce qu'un conseil soit consacré à un aspect de la politique commerciale", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi

Chine Il simule sa mort pour toucher l'assurance, sa femme tue ses enfants et se suicide
Un bébé tigre blanc au zoo de Kunming, le 12 octobre 2018, dans la province du Yunnan, en Chine [FRED DUFOUR / AFP]
faune La Chine s'entiche de ses tigres blancs triplés
Donald Trump et Xi Jinping le 7 novembre 2017 à Pékin [NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives]
tensions Face à la Chine, Trump tente une offensive inédite aux résultats incertains

Ailleurs sur le web

Derniers articles