Dongfeng, le groupe qui ouvre la Chine à Renault

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, lors de la signature du partenariat avec Dongfeng, lundi 16 décembre, à Wuhan. [WANG ZHAO / AFP]

Renault a signé lundi un accord de coentreprise avec le groupe chinois Dongfeng, qui lui permettra d’ouvrir la porte du premier marché mondial de l’automobile. Ce qu'il faut savoir de ce géant méconnu du secteur.

 

A partir de 2016, 150.000 voitures (4x4 urbains, voitures hybrides et voitures électriques) seront produites chaque année dans le cadre de ce partenariat industriel entre Renault et Dongfeng.

Le groupe Dongfeng, dont le nom signifie en chinois "Vent d'Est", fut fondé en 1969 à l'instigation de Mao, en pleine Révolution culturelle.

Avec 3,08 millions de véhicules vendus en 2012 (16% du marché national), le géant, qui appartient à l’Etat chinois, est le deuxième constructeur automobile du pays, derrière SAIC (Shanghai Automotive Industry Corporation).

Il se distingue notamment par ses nombreuses alliances avec des groupes étrangers, dont Nissan, Kia, Honda, Volvo et Peugeot-Citroën (depuis 1992). Une stratégiequi vise à  conquérir la clientèle chinoise qui accorde souvent plus de crédibilités aux enseignes étrangères.

Dirigée par Xu Ping, la firme compte 124.000 salariés. Ses actifs sont estimés à 73,25 milliards de yuans (8,84 milliards d'euros)

 

Auto : Dongfeng, futur partenaire de Renault en Chine 

Quel intérêt a PSA à se rapprocher de Dongfeng ? 

 

Vous aimerez aussi

JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Automobile 24 Heures du Mans : Fernando Alonso s'offre une deuxième victoire avec Toyota
Russie : il remplace les roues de sa voiture par des chenilles
Insolite Russie : il remplace les roues de sa voiture par des chenilles
L'Espagnol Fernando Alonso, dans sa Toyota TS050-Hybrid LMP1, lors des essais libres, au Mans, le 12 juin 2019 [JEAN-FRANCOIS MONIER                 / AFP/Archives]
course 24 Heures du Mans : 61 voitures s'attaquent au mythe, Toyota de nouveau favori

Ailleurs sur le web

Derniers articles